Comment établir un devis en tant que graphiste ?

Conseil en design gratuit Cédric Debacq

Comment établir un devis en tant que graphiste est une question que je vois très souvent au sein de groupes Facebook ou sur des forums. Même s’il n’existe pas de devis type, car celui-ci doit être adapté au besoin de vos futurs clients, il y a des mentions à ne pas oublier.

Nous allons voir ensemble comment établir vos devis en tant que graphistes et je répondrai avec plaisir à vos questions dans les commentaires de cet article.

 

Quelles sont les informations importantes à mettre sur un devis ?

 

DEV1

Premièrement, vous devez indiquer vos coordonnées avec votre logo afin de permettre à votre prospect de vous identifier et également vos numéros de siret et RCS.

Vous devez indiquer la mention « devis » suivie d’un numéro comme le montre l’image ci-dessous. Ce numéro est important pour classer vos devis ou vous permettre de le retrouver plus rapidement.

Vous devez indiquer les coordonnées de l’entreprise et du contact porteur du projet.

Vous pouvez ajouter une ligne objet et indiquer par exemple : Création couverture de livre numérique et mise en page.

DEV2

Le cœur du devis doit comporter les éléments suivants :

Le nom ou un code de référence de votre service, exemple : ebook

Une description, exemple : conception couverture ebook, mise en page du ebook

La ou les quantités que vous allez fournir à votre prospect, une fois qu’il aura signé le devis.

PU – prix unitaire (par heure, par jour, ou forfait)

Et le total.

Ensuite, il y a le montant total, les éventuelles réductions et acomptes ou si vous devez appliquer une TVA.

Vous pouvez ajouter un espace « notes » pour apporter des informations complémentaires à votre prospect.

Pour continuer dans les informations importantes à mettre sur votre devis, vous devez ajouter une zone avec la mention « signature du client précédée de la mention « Lu et approuvé » « bon pour accord ».

Il est recommandé que votre prospect/client signe le devis, cela à pour preuve qu’il l’accepte dans l’état et que cela ouvre le début de la prestation.

Je vous conseille également de mentionner que le début des travaux commencera une fois que vous avez réceptionné un acompte (30 ou 40% du montant).

DEV3

Pourquoi faut-il demander un acompte ?

En plus de la signature, un acompte apporte un gage supplémentaire à votre client, il s’engage doublement dans l’échange qu’il créé avec vous. Un acompte est aussi utile si vous devez acheter des fournitures pour commencer la prestation.

Sur votre devis, vous devez indiquer les moyens de paiement, le délai de règlement, la date de validité du devis et les éventuelles informations comme vos coordonnées bancaires ou libellés si vous acceptez les chèques.

 

Pourquoi indiquer une date de validité sur un devis ?

La date de validité est utilisée dans le but de cadrer un peu l’échange entre vous et votre client.

Imaginons que vous établissez un devis le 26 mai 2014 et que vous ne mettez pas en place de date de validité et que votre client vous contacte 6 mois plus tard.

Entre-temps vous avez modifié votre grille de tarif, mais comme vous n’avez pas mentionné de date de validité, il vous sera difficile de faire comprendre à votre futur client que vous tarifs ont changés.

 

Pourquoi indiquer le délai de règlement sur un devis ?

Le délai de règlement a le même principe que la date de validité et l’acompte. C’est-à-dire que par exemple : vous prenez 40% du montant au moment de l’acompte, vous pouvez demander un autre paiement au milieu de la prestation entre 30 ou 40 % et le reste à la livraison.

Cela permet un suivi et un engagement vis-à-vis du client et en cas ou celui-ci traine à vous payez de retarder la livraison de la prestation.

Je vous recommande également d’établir vos conditions générales de ventes et de les joindre au devis, et de les faire signer par votre futur client.


newsletter-image-marque


Les autres informations à indiquer sur vos devis en tant que graphiste

Si vous êtes autoentrepreneur, vous devez mentionner cette phrase ci-dessous :

Statut Auto-entrepreneur Non Assujetti à la TVA, cela indique que vous facturez en HT et que vous ne percevez pas la TVA.

Dans le cas où vous avez un autre statut qui vous permet de facturer la TVA, vous devez indiquer votre prix en HT, faire apparaître le montant de la TVA et votre prix en TTC.

Pour finir dans la zone de bas de page, vous pouvez à nouveau indiquer vos coordonnées.

 

Quels logiciels choisir pour établir un devis en tant que graphiste ?

 

Vous pouvez établir vos devis avec Word et Excel, les applications de Google Docs ou bien utiliser des logiciels SAAS (logiciel de service installé sur des serveurs distant – Cloud) comme :

 

 

Ces logiciels vous seront d’une grande utilité pour établir vos devis et vos factures en tant que graphiste freelance. Ils sont simples d’utilisation, très intuitifs et vous permettront de gérer avec une grande efficacité vos devis et vos factures. Depuis maintenant 3 ans, j’utilise Sellsy.fr pour gérer au quotidien mon activité en tant que graphiste.

 etablir-devis-graphiste

Comment réussir à établir un devis en tant que graphiste ?

 

Pour aller plus loin dans la réussite de vos devis, je vous invite à continuer votre apprentissage avec ces articles trouvés sur la blogosphère.

Sébastien alias Kaes a publié un article très intéressant sur le prix d’un graphiste. Il parle du mode de calcul et donne quelques explications pour bien comprendre comment un graphiste fixe son prix.

Julien Dubedout a publié un article sur le blog mariejulien.com, une référence au sein des graphistes professionnels. À travers cet article il vous donne des conseils sur les erreurs à éviter lorsque vous établissez un devis.

Thomas Ruffier donne de bons conseils pour les graphistes freelances débutants.

 

Pour finir, si vous constatez qu’il manque des informations ou souhaitez en apporter, n’hésitez pas à laisser un commentaire ci-dessous. 


projet-neocamino


Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant sur les boutons ci-dessous.

Cédric Debacq

Vous avez besoin d'aide pour la réussite de votre entreprise ? C'est pourquoi en tant que styliste d'entreprise spécialisé en création d'image de Marque (logo, site internet, création graphique) j'aide les entrepreneurs des petites entreprises à réussir quotidiennement sur Internet. Prenez rendez-vous pour en savoir plus ou suivez moi sur Linkedin

Conseil en design gratuit Cédric Debacq

Commentaire (18)

  • Margaux

    Fév 03, 2015

    Merci pour les conseils clairs et concis !
    Bonne continuation !

  • brun

    Jan 23, 2015

    Bonjour Cédric,
    Je tenais à vous remercier pour vos explications ! Et pour l’aide que vous apportez car il m’a été peu évident de trouver des ressources fiables et claires et gratuitement d’autant plus !
    Je vais me lancer dans les jours prochains en graphiste auto-entrepreneur et me servirais grandement de toutes vos lumières.
    Un grand merci pour cette aide précieuse.

    • Cédric Debacq

      Jan 24, 2015

      Bonjour Bruno, merci pour votre commentaire.
      C’est avec plaisir de pouvoir vous aider à vous lancer dans votre aventure entrepreneuriale en tant que graphiste auto-entrepreneur.
      N’hésitez pas à me poser vos questions.
      Bon weekend
      Cédric

  • Delphine

    Juin 03, 2014

    Je viens de finir mon tour sur tous les liens donnés dans ton article. J’ai des infos à ajouter en plus à mon pavé de tout à l’heure.

    Concernant l’article de aetherconcept.fr, je voudrais préciser qu’utiliser une cession de droit « creative common » n’est pas du tout adapté à un travail que vous souhaitez facturer à un client.

    D’ailleurs, la première question de la FAQ du site http://creativecommons.fr précise que : “Pour les personnes qui souhaitent autoriser la communication au public de leur œuvre uniquement contre une rémunération, le système général du droit d’auteur sera plus adapté que les documents Creative Commons.”

    À ce propos je te suggère de regarder les deux fiches suivantes qui ont été validées par un avocat spécialisé.
    La première explique ce que sont les doits d’auteur en France, la seconde fournit le mode d’emploi et des exemples pour rédiger une cession correcte :
    https://freelancer-app.fr/fiches-pratiques/mda-agessa/le-droit-d-auteur
    https://freelancer-app.fr/fiches-pratiques/mda-agessa/cession-de-droits-d-auteur

  • Delphine

    Juin 03, 2014

    Ce n’est pas une attaque pour les créatifs qui sont en auto-entrepreneur… c’est juste une erreur de case et de mauvaise information au niveau des impôts et autres…  

    Normalement un créatif doit être soit à la MDA soit à l’Agessa (et bientôt on sera tous au même endroit grâce à la fusion des 2 maisons). En fait, c’est lié à la cession de droit, si tu fais une cession de droit, car tu fais une création originale tu dois donc être à la MDA / Agessa.

    Dans mon travail de graphiste, je fais quand même un peu de travail d’exécution, mais la partie création est toujours plus importante. C’est ce qui me permet de rester à la MDA.

    En plus le statut de MDA / Agessa est plus intéressant qu’Auto entrepreneur donc c’est un peu dommage de s’en priver.

    • Cédric Debacq

      Juin 03, 2014

      Merci pour ton retour Delphine et merci d’avoir pris le temps de lire les différents liens disponible sur cet article.
      Je ne connaissais pas Agessa, je pensais qu’il y avait que la MDA (Maison des artistes). Quand, je me suis mis à mon compte il y a 3 ans, j’ai pris le statut d’Auto-entrepreneur, car je ne voulais pas me prendre la tête avec cette question de droit d’auteur (même si je respect énormément cela et heureusement que cela existe).

      Merci pour les liens au sujet du droit d’auteur, je vais regarder cela de plus près.
      A très bientôt
      Cédric

  • Delphine

    Juin 03, 2014

    Bonjour,
    C’est effectivement vital de savoir faire un devis correct pour bien débuter.

    J’ajouterai tout de même quelques informations pour tous ceux à la MDA et à l’Agessa :

    – soit votre travail se vent comme Oeuvre Originale et là, pas besoin de s’embêter sur la facture

    – soit votre travail est du graphisme = Création Originale + cession de droits

    En tant que graphiste nous ne vendons pas des prestations, mais des cessions de droit. En faite, nous ne vendons pas notre travail, nous le « louons » pour une certaine personne / société, pour un certain pays / ou le monde et pour un certain temps.
    Donc avec la description de votre travail ( ex : conception couverture ebook, mise en page du ebook) il faut ajouter la cession de droit. La MDA peut décider sans cession de droit sur une facture / devis de vous radier (ou vous demander d’ouvrir une société en parallèle pour tout ce qui n’est pas création originale).

    Le bon côté de la cession de droit c’est que votre travail est protégé, et votre client n’a pas le droit de l’utiliser comme bon lui semble. Votre travail correspond à une création originale et personne sauf vous n’a le droit de la modifier. Ex : Votre client veut transformer votre flyer prévu pour une petite diffusion en affiche pub géante diffuser dans le monde entier, il doit vous en parler et négocier un tarif.

    Évidemment c’est différent si vous êtes auto-entrepreneur… mais là vous n’êtes pas graphiste créatif dans ces cas-là.

    • Cédric Debacq

      Juin 03, 2014

      Bonjour Delphine, merci pour ton commentaire avec ces informations complémentaires.
      Je ne suis pas extrêmement calé sur la question des droits d’auteurs, d’ailleurs, je suis en train d’apprendre pour parer à cette lacune.
      Cependant, il y a un point où je m’interroge : « Évidemment, c’est différent si vous êtes auto-entrepreneur… mais là vous n’êtes pas graphiste créatif dans ces cas-là. » Un graphiste est créatif même sous un statut AE, car lors de sa création il répond aux attentes du client….

  • Chob

    Juin 02, 2014

    Je rejoins Thomas sur les CGV. Comme pour la cession des droits, l’objectif est de bien poser les droits et les devoirs de chacun. Il ne s’agit pas d’être procédurier, juste de faire en sorte que le client et le prestataire puissent travailler dans un contexte « confortable ». Finalement, un cadre administratif sécurisé est une bonne base pour développer une vraie collaboration, on peut ensuite se concentrer ensuite sur l’essentiel : la créa !

    • Cédric Debacq

      Juin 02, 2014

      Un bon devis, des conditions générales de ventes, des cessions de droit, sont des outils importants pour un bon déroulement entre les clients et le prestataire. San oublier notre créativité pour mener à bien chaque projet.

  • Thomas Ruffier

    Juin 02, 2014

    Merci à toi, c’est toujours très utile ce genre d’article.
    Oui, je suis de ceux qui pensent (avec toi) que c’est un devoir d’aider les débutants.
    Ne serait-ce que dans un but égoïste pour éviter d’avoir des concurrents qui massacrent le marché involontairement et qui se font pigeonner par des clients véreux.

    • Cédric Debacq

      Juin 02, 2014

      Thomas,
      C’est effectivement ma vision, apporter des éléments de réponses, partager les bonnes informations et être dans la pédagogie aussi bien pour nos confrères que pour nos clients.

  • Thomas Ruffier

    Juin 02, 2014

    Merci pour le lien Cédric :)
    Bon article, cependant je ne mettrais pas les conditions générales de ventes comme quelque-chose de facultatif.
    Pour moi, c’est inimaginable de ne pas les mettre en bas du devis et à faire signer. Au moindre problème, et avant même de passer devant le juge, c’est ce qui protège le prestataire sur la manière dont va se dérouler le travail.
    Je surligne aussi les points importants qui sont pour moi, l’accompte, le délai de paiement, le nombre de retours maximum avant nouveau devis et l’obligation du client à valider le travail fourni avant une telle date histoire de pouvoir facturer si le client ne donne plus de nouvelles.

    • Cédric Debacq

      Juin 02, 2014

      Bonjour Thomas, merci pour ton commentaire.
      C’est avec plaisir pour la mention au sein de l’article.
      Tu as entièrement raison concernant les CGV il est important que les clients en prennent connaissance au moment du devis et que celui-ci les signes.
      Au moins en tant que prestataire on se protège sur le déroulement du travail.
      Effectivement, je ne l’ai pas mentionné dans l’article, mais le nombre de retours doit être indiqué sur le devis.
      Merci Thomas pour tes précisions et ainsi aidez ce qui débute dans la rédaction de leur devis.
      À très bientôt
      Cédric

  • Chob

    Juin 01, 2014

    Article intéressant. Une remarque et une question d’un client potentiel : si il y a TVA, toujours mentionner les 2 prix (HT et TTC) pour éviter tout problème par la suite… Tu ne mentionnes pas la cession des droits, est-ce un oubli, un choix ?

    • Cédric Debacq

      Juin 02, 2014

      Salut Chob, merci pour ton commentaire,
      J’ai apporté un ajout au sein de l’article pour ce qui facture avec la TVA. Il faut oui afficher son tarif en HT et en TTC.
      Concernant les droits d’auteur, c’est un oubli même si je dois avouer que je dois encore me perfectionner dans ce domaine.
      Voici un article intéressant sur ce sujet : http://www.aetherconcept.fr/droit-dauteur-appliquer-creative-commons-graphisme/
      N’hésite pas à donner ton avis et j’espère avoir répondu à ta question.
      Bonne journée
      Cédric

  • Amélie

    Juin 01, 2014

    Super article !
    Juste une petite précision, la phrase exacte pour un auto-entrepreneur pour la TVA non applicable est : « TVA non applicable, art. 293B du CGI »

    • Cédric Debacq

      Juin 01, 2014

      Bonjour Amélie, merci pour ton commentaire et pour cette précision.
      A très bientôt
      Cédric

Exprimez-vous