Catégories
Business Plan

Pourquoi n'êtes-vous pas prêt pour une levée de fond ?

3 signes qui montrent que vous n’êtes pas prêt pour une levée de fonds.  

Investir de son temps pour un résultat incertain

 

Lever des fonds demande beaucoup de temps. Il faut d’abord commencer par rédiger un business plan. C’est le document que vous allez envoyer aux investisseurs, il faut donc le soigner au maximum pour optimiser vos chances de financement. Rédiger un business plan peut prendre plusieurs semaines selon votre concept. Cette étape est un premier frein au processus de levée de fonds. En effet, si vos idées ne sont pas encore très claires il sera très difficile de rédiger un business plan complet. Cela montre simplement que vous n’êtes pas encore prêt pour lever des fonds, car votre vision et vos objectifs sont encore flous.

Vous serez prêt à passer cette étape lorsque vous aurez l’assurance de là où vous souhaitez mener votre entreprise et comment vous comptez y parvenir (avec quelle stratégie, quel besoin de financement, quelle équipe etc…)

Il n’y a pas que la rédaction du business plan qui prend du temps, il y a aussi la recherche d’investisseurs. Vous devez trouver un investisseur qui s’intéresse à votre projet et avec qui vous partagez une vision assez similaire. Il faudra envoyer votre dossier à des fonds ou business Angels bien ciblés (et non à tous !) avant d’obtenir un premier rendez-vous. Ciblez les fonds pour lesquels votre projet répond aux critères d’investissement.

Au final, c’est une véritable perte de temps et il faut calculer le coût d’opportunité de cette levée de fonds. Qu’est-ce que vous perdez pendant le temps ou vous préparez votre recherche de financement (peut-être un client important ?)

Vous n’avez pas encore fait vos preuves ? Évitez la levée de fonds !

 

Pour lever des fonds plus facilement, il faut montrer que vous avez déjà fait vos preuves. Cela ne signifie pas forcément générer du chiffre d’affaires, mais au moins être capable de montrer qu’une traction existe : vous avez atteint des résultats qui prouvent que votre projet tient la route. Cela peut être un nombre de visiteur sur votre site ou encore un prototype qui a été exposé auprès de professionnels.

Vous pouvez aussi prouver que votre projet a déjà fait quelques preuves si vous avez remporté des concours d’entrepreneuriat, obtenu un prêt d’honneur ou encore atteint vos objectifs lors d’une campagne de crowdfunding. En somme, il faut rassurer l’investisseur en lui montrant qu’il y a déjà des gens qui vous ont fait confiance.

Si vous n’avez aucune traction, rien n’est perdu. Nous vous conseillons alors de réaliser une étude de marché précise qui permettra de prouver qu’une demande existe pour votre projet. Encore une fois, cela permettra de rassurer l’investisseur potentiel et par conséquent d’augmenter vos chances de financement.

 

Vous êtes le meilleur ? Vous n’avez pas de concurrents ? Evitez la levée de fonds !

 

Si vous avez marqué dans votre business plan que vous n’avez pas de concurrents, alors vous aurez du mal à lever des fonds. L’absence de concurrent signifie deux choses pour les investisseurs:

  • Vous n’avez pas réalisé d’études de marché
  • Vous n’êtes pas assez objectif concernant votre projet

Il faut savoir que la présence de concurrents prouve qu’il y a une demande. Pour un investisseur, pas de concurrent = pas de demande = pas de marché. Alors plutôt que de dire que vous n’avez pas de concurrent, essayez de trouver des concurrents indirects et expliquez en quoi vous vous différenciez d’eux. Il faut surtout expliquer ce que vous apportez de plus au marché. En lisant la partie « analyse de la concurrence » de votre business plan, un investisseur doit comprendre qu’il y a une place pour vous sur le marché.

Il faut être objectif si vous souhaitez lever des fonds. Dire que vous êtes les meilleurs en tout point ne servira à rien devant un investisseur et vous perdrez toute crédibilité. Votre projet est différent et répond à une demande précise que vous adressez de manière pertinente.

Si vous avez du temps, des preuves et que vous avez «  la tête sur les épaules », alors vous êtes peut-être prêt à lever des fonds. Encore faut-il savoir à quoi va vous servir cet argent, car les investisseurs vont regarder avec attention votre besoin de financement. Alors ne soyez pas trop gourmand et expliquez de façon précise et chiffrée ce à quoi va servir le financement.

  Pour aller plus loin…   Lever des fonds, le dossier : http://www.my-business-plan.fr/levee-fonds Les différentes aides pour la création d’entreprise : http://www.apce.com/index.php?pid=222 4 conseils d’un business angel : http://www.startup-story.fr/debats/levee-de-fonds-4-conseils-a-appliquer-et-2-erreurs-a-eviter.html [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
Interview retour d'expérience entrepreneur

Développez vos relations professionnelles lors du #W2C14

Je viens d’assister au Webdeux Connect (#W2C14). Cet événement s’est déroulé du 17 au 19 novembre à l’école 42 à Paris. C’est la première fois que j’y assiste, voici comment j’ai développez mes relations professionnelles lors du Webdeux Connect.

 

Durant ces 3 jours, j’ai revu certaines personnes de mon réseau d’entrepreneurs et j’ai fait la connaissance de nouvelles personnes et j’ai assisté à de nombreuses conférences.

 

Tee-shirt W2c14Pourquoi j’ai assisté au Webdeux Connect ?

 

J’ai voulu assister au Webdeux Connect pour entretenir les relations professionnelles que j’ai obtenu depuis le début de mon activité via les réseaux sociaux ou mon site Internet.

 

Le Webdeux Connect a lieu une fois par an et rassemble l’ensemble de la blogosphère. Il permet à de nombreuses personnes de créer des connexions pour faire du partenariat, du business, etc.

 

Pour cette première fois, j’ai assisté au W2C14 en tant que photographe partenaire. Mon logo a été visible sur les supports de communication (affiche, site web, photocall, tee-shirt, etc.).

 

Concernant mes photographies, elles sont visibles sur la page Facebook du Webdeux Connect et elles vont être utilisées dans la presse, les blogs etc.

   

J’ai développé mon réseau professionnel lors du Webdeux Connect

 

Effectivement, j’ai pu développé mon réseau professionnel lors du Webdeux Connect. Grâce en parti du tee-shirt personnalisé remit à l’accueil le 1er jour de mon arrivé.

  Il y a trois règles importante et a suivre dès votre arrivé :
  1.  porter son tee-shirt
  2. sourire
  3. ne laisser personne seul dans son coin.
 

Les organisateurs du Webdeux Connect ont mobilisé des connecteurs. Ceux sont des personnes qui connaissent bien l’événement et qui sont-là pour créer des connexions entre les personnes présentent lors de l’événement. On les reconnaît facilement grâce à leurs tee-shirts verts.

w2c14-2482

 

Qui sont les personnes que j’ai rencontrées lors du Webdeux Connect 2014 ?

  Voici un aperçu des personnes que j’ai rencontré lors du W2C14.   [caption id="attachment_17887" align="aligncenter" width="753"]w2c14-Axel-Aigret Axel AIGRET conférence W2c14[/caption]  

Axel AIGRET est responsable du marketing au sein de l’agence HIGHLIGHT basée à Clermont-Ferrand. Son agence est spécialisée dans le Social Business pour les marques et les startups.

Pour en savoir plus sur Axel AIGRET : http://highlight.pro/ ou https://twitter.com/axelaigret   [caption id="attachment_17889" align="aligncenter" width="753"]w2c14-Franck ROCCA Franck ROCCA – W2c14[/caption]   Franck ROCCA fondateur de l’agence Kalipseo basée à Cannes. Son agence est spécialisée dans le déploiement de stratégies digitales sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus sur Franck ROCCA : http://kalipseo.fr/ ou https://twitter.com/kalipseo   [caption id="attachment_17890" align="aligncenter" width="753"]w2c14-Sellsy Valentin BEAUDON démonstration Sellsy au W2C14[/caption]  

Valentin BEAUDON fait partie de l’équipe commerciale et marketing de l’agence Sellsy basée à La Rochelle. Je suis client chez Sellsy, j’utilise le logiciel en SAAS pour gérer ma partie commerciale de mon entreprise.

Pour en savoir plus sur VALENTIN BEAUDON : https://twitter.com/valentinbdn   [caption id="attachment_17891" align="aligncenter" width="753"]w2c14-7485 de gauche à droite : Mathieu GEORGES – Benoît DUCHATELET – Jean-Baptiste Caiveau[/caption]  

Mathieu GEORGES est un ancien expert comptable qui est devenu entrepreneur spécialisé dans l’édition et la gestion de site Internet comme le Portail des PME, StatutEntreprise.com et bien d’autres.

Pour en savoir plus sur Mathieu GEORGES : http://www.pourquoi-entreprendre.fr/mathieu-george/ Jean-Baptiste CAIVEAU est fondateur de btobag.com et Le Sac Publicitaire. Il est basé sur Bordeaux. Il vend des sacs personnalisés à l’international et répond aux besoins d’agence de communication et des imprimeurs. Pour en savoir plus sur Jean-Baptiste CAIVEAU : https://www.linkedin.com/pub/jean-baptiste-caiveau/30/13b/739 Benoit DUCHATELET est dirigeant de l’Agence Double Numérique spécialisée dans l’e-réputation.Il anime une émission hebdomadaire, « Les Hommes Clés » sur Widoobiz, la radio des entrepreneurs. Benoit a également participé à la rédaction de l’article « #W2C14 – Le Webdeux Connect vu par la blogosphère » Pour en savoir plus sur Benoit DUCHATELET : https://www.linkedin.com/in/benoitduchatelet J’ai rencontré également lors du Webdeux connect :
  • Carole JOUY éditrice spécialisé dans les ebook vidéo pour les enfants,
  • Jean François CHIN dirigeant de Cave à vins chez moi,
  • Gégoire Lemaire de l’agence La Tryade,
  • Quentin Fournela fondateur de Silex,
  • Yannick Alain directeur de Commercialequitable.com,
  • Hanne Vervaeck webentrepreneure Have-it.fr,
[cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
créer une startup

54H à conseiller lors du Startup Weekend Compiègne

Qui parmi vous à déjà participé à un startup weekend ? Je vous pose cette question, car je viens de vivre mon premier Startup Weekend en tant que mentor et je souhaite vous partager cette aventure.

Il y a quelques semaines, j’ai reçu une invitation de la part de Cédric Carvalho l’un des organisateurs du Startup Weekend Compiègne. Mon rôle au sein de cet événement était de coacher, de conseiller les participants durant tout le weekend.

Mais avant de vous parler de mon expérience en tant que mentor, je vais vous parler du concept Startup Weekend.

Qu’est ce qu’un Startup Weekend ?

Un Startup Weekend dure 54h. Durant 3 jours des porteurs de projets, des passionnés de l’innovation et de l’entrepreneuriat unissent leurs compétences afin de mettre en oeuvre leurs idées afin de concrétiser de nouvelles startup.

Le Startup Weekend débute avec une conférence de bienvenue et durant celle-ci les participants qui le souhaient pitchent leurs idées. Cette mini présentation de 60 secondes permets aux porteurs de projets de se constituer une équipe. Une fois cette équipe formée, le groupe peut enfin commencer à mettre sur pied leur projet.

Pendant ce weekend, les participants participent à des conférences dans le but de prendre un peu de recul sur leurs projets et également acquérir de nouvelles connaissances.

Tout au long du weekend, les participants sont épaulés par des mentors et des coachs qui viennent les conseillers et également partager leurs savoir-faires.

Et le soir du dernier jour, les équipes viennent défendre leurs projets devant un jury.

[caption id="attachment_17754" align="aligncenter" width="960"]conference-startup-weekend-compiègne Conférence d’ouverture du Startup Weekend Compiègne[/caption]

Un weekend collaboratif de 54 heures d’action et de 60 secondes pour convaincre !

Le Startup Weekend Compiègne à eu lieu du 14 au 16 novembre 2014 à l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) au sein du tout nouveau Centre d’Innovation dont le cadre de travail est exceptionnel.

Durant tout le weekend, plus de 50 participants venant de toute la France ont été accuilli et chouchouté par une jeune équipe d’organisateurs qui sont : Cédric Carvalho, Medhi Ainouche, Nicolas Borri, Ninon Durivault et Arthur Duchet Suchaux.

Afin de rendre leur weekend agréable et leur permettre de mettre en oeuvre leurs projets, les participants disposaient d’un espace de co-worker pour travailler en équipe et un FabLab pour mettre au point leurs prototypes.

Les participants disposaient également de tout le confort pour se reposer et se restaurer au sein de l’UTC et cela grâce à l’énergie et la passion des organisateurs du Startup Weekend Compiègne.

Durant les 3 jours, les participants ont pu assister à des conférences :

  • Comment mettre en place un business model canvas par Loic Leofold
  • La vie d’un entrepreneur avec Hugo Sallé de Chou “Créateur de Pumpkin – Paiement mobile entre particuliers” et Guillaume Rolland Finaliste International, à Google Science Fair avec son réveil olfactif.
  • L’échec entrepreneurial comme source de liberté et de créativité par Cyril de Sousa Cardoso

Durant le weekend les porteurs de projets ont du pitcher pendant 60 secondes leur présentation afin de constituer leurs équipes le vendredi soir et le dimanche soir devant le jury.

“Dimanche après midi, je me suis retrouvé avec Nicolas Borri à aider les équipes à préparer leurs présentations. J’ai pu les conseiller sur les techniques à utiliser pour améliorer leur prise de parole devant le jury.”

Je me suis senti à l’aise dans cette action grâce à la formation “prise de parole en public” de Jérôme Hoarau que je suis actuellement.

[caption id="attachment_17755" align="aligncenter" width="960"]pitch-startup-weekend-compiègne moment Pitch au Startup Weekend Compiègne[/caption]

Mon premier rôle en tant que mentor au sein du Startup Weekend Compiègne.

C’est la première fois que j’assiste à un Startup Weekend et en plus en tant que mentor. Cette expérience m’a permit de découvrir ce concept et d’acquérir une expérience présentiel en tant que conseiller/coach.

Grâce à cette expérience, j’ai pu découvrir un vivier de talents exceptionnels. J’ai rencontré des étudiants, des passionnés, des jeunes porteurs de projets avec des idées plein la tête et qui ont envie de contribuer à la société en apportant des solutions innovantes.

Voici un échantillion des idées qui ont été mis en oeuvre durant ce weekend :

  • Leap Music qui a mit au point une nouvelle expérience interactive d’exploration musicale en 3D.
  • Renovalve qui a crée un proto pour réparer la valve mitrale du coeur.
  • Penio un stylo numérique collaboratif et connecté
  • Visual Map une plateforme de cartographie pour simplifier l’accès à des donnés open data.

Mon travail au sein du Startup Weekend était de conseiller et d’accompagner les équipes durant toute la durée de l’événement de jour ou comme nuit. (j’ai du dormir 5h sur tout le weekend ^^).

Nous étions 7 mentors avec des activités différentes qui a permi aux participants de trouver les réponses à leurs problématiques (financement, image de marque, etc.) mais également pour les aider à prendre du recul en cas d’impasse.

“Vendredi, en plein milieu de la nuit, une des équipes faisait face à un véritable problème qu’ils ont découvert après avoir établi leur business model canvas. Ils n’arrivaient pas à trouver de solution au point de remettre en cause leur idée.

Je leur ai conseillé de tracer une ligne verticale au centre de leur tableau. Indiquez à gauche tout ce qu’ils peuvent résoudre ou qui peut être résolu et à droite ce qu’ils ne pouvaient pas résoudre.

Cette action, leur a permis d’y voir plus clair sur les différentes problématiques et ainsi le projet a été sauvé et ils ont pu continuer le reste du weekend.”

Pourquoi, je vous parle de cet exemple ? Car même si l’action paraît simple, j’ai réussi à les aider avec mon confère mentor Loic Leofold à ce qu’ils reprennent confiance en eux et d’aller jusqu’au bout de leur projet et de cet événement.

Mon esprit entrepreneurial m’a beaucoup aidé durant ces 3 jours. Grâce à cet état d’esprit, j’ai pu contribuer à l’avancer des projets, en aidant les porteurs de projets et leurs équipes à se poser les bonnes questions.

C’est une expérience riche dans la vie d’un entrepreneur de pouvoir aider des jeunes entrepreneurs a aller le plus loin possible pour faire naître leurs idées. C’est un moment que je n’oublierai jamais et je souhaite à tout ceux qui le souhaient de vivre cette expérience riche en connaissances, compétences et en partage.

[caption id="attachment_17756" align="aligncenter" width="960"]organisateurs-startup-weekend-compiègne Les organisateurs du Startup Weekend Compiègne[/caption]

Mon avis sur le Startup Weekend Compiègne.

Pour conclure cet article, je vais vous partager mon avis sur le Startup Weekend Compiègne.

Très régulièrement, j’entends des personnes dirent “oui, les jeunes n’ont pas d’avenir, ils pensent qu’à faire la fête, etc.”. Permettez moi de vous dire que ces personnes se trompent !

Durant les 54h du Startup Weekend Compiègne, j’ai vu des personnes de 18 ans et + motivées et passionnées. Tout au long du weekend, ils se sont formés et écoutés afin d’évoluer en connaissances et en compétences. Oui, ils se sont surpassés pour la plupart en dormant que quelques heures ou à tour de rôle.

De plus, l’équipe organisatrice de ce Startup Weekend Compiègne ont vraiment assuré et sur tout les points. Les participants, les mentors, bref… On a tous été chouchouté par les organisateurs. Je suis extrêmement fier de les avoir rencontré et d’avoir contribué à la réussite de ce weekend.

Pour conclure, je vous laisse médité sur la citation de Bastian Lizut un des participants de cette première édition.

[Tweet « @SWCompiegne Y a pas de mots, c’est le meilleur investissement de ma vie ! – @BastianLizut »]

Pour en savoir plus sur le Startup Weekend Compiègne voici le lien de la page Facebook : https://www.facebook.com/SWCompiegne

[cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
créer une startup

Est-il facile de monter sa startup aujourd’hui ?

Effectivement est-il facile de monter sa startup aujourd’hui en France ? Pour y répondre, j’ai le plaisir de recevoir l’ensemble des mentors du Startup Weekend Compiègne qui aura lieu du 14 au 16 novembre prochain.

Cet article participatif a été rédigé par les mentors et l’équipe du Startup Weekend Compiègne.

Nous organisons le Startup Weekend Compiègne parce que nous croyons en l’entrepreneuriat. Nous croyons que le futur passe par l’entrepreneuriat, que ce soit pour prendre sa vie en main et changer le monde, ou que ce soit pour relever les défis de demain.   C’est pourquoi l’objectif du Startup Weekend est d’apprendre à entreprendre, de donner une première expérience de l’entrepreneuriat, mais aussi en donner un aperçu à ceux qui hésitent ou aux simples curieux. Certains sortiront même du Startup Weekend Compiègne avec une entreprise en main ! Nous croyons aussi que l’innovation est un vecteur clé pour entreprendre.   C’est pourquoi nous mettons tout en oeuvre pour que les participants évoluent dans un environnement qui leur permette d’exprimer le meilleur de leur potentiel créatif. Faire découvrir à quoi ressemble un écosystème d’innovation, voilà une autre de nos missions.   A l’heure du numérique où les choses vont tellement vite, le pouvoir politique et l’état ont perdu leur puissance, et c’est aux entrepreneurs de prendre la relève s’ils veulent améliorer la société et vivre mieux que les générations précédentes.   L’accès à la connaissance n’a jamais été aussi simple. Google, les MOOCs,… vous avez toute la connaissance du monde à portée de clic. L’accès au capital n’a jamais été aussi facilitée et les fonds d’investissements de plus en plus nombreux. De telle sorte, qu’aujourd’hui n’importe qui, dans n’importe quel garage dans le monde peut créer une entreprise capable d’écraser le géant du secteur.   Et plus simplement, l’entrepreneuriat c’est la meilleure façon de vous exprimer, de vivre comme vous l’entendez et d’aider les autres. Mais est-il facile de monter sa startup aujourd’hui ? Nous avons posé la question à nos 6 mentors !   Pierre-BaigtsPierre Baigts : Cofondateur de Boulervard69   Créer sa start-up n’a jamais été aussi facilité que de nos jours en France mais faut-il encore le vouloir. Prenons les différentes étapes de création : Pour commencer, une idée va vous venir et il va falloir en parler pour l’améliorer, récolter des avis différents pour voir le problème sous un autre angle, rencontrer des potentiels associés, développeurs, mentors, ou tout simplement pour vous faire connaître !   Depuis quelques années les médias se sont intéressés de plus en plus près a l’écosystème entrepreneurial français et la sauce a pris. Des médias spécialisés se sont imposés comme Madyness, FrenchWeb, Pressecitron, Rudebaguette. Ils vous donnent accès à un maximum d’informations sur les nouvelles tendances, technologies etc.   Aujourd’hui, c’est aussi une vingtaine d’évènements autours de l’entrepreneuriat qui sont organisés chaque semaine. Vous pouvez y pitcher vos projets, développer des idées de start-ups en une soirée ou en un week-end (start-up night/week-end), assister à des webconférences et des conférences d’entrepreneurs…   Viennent ensuite les phases de lancement et de croissance. Là aussi on a vu la création/développement de nombreux incubateurs et co-working space : le Camping qui est au NUMA, La Ruche, le Welcome City Lab ou encore le très médiatisé qui arrive à la Halle Freyssinet.   Enfin, tout un tas d’aides financières et de subventions existent auprès de la CCI/BPI, et les levées de fonds sont de plus en plus nombreuses en vue d’un développement. C’est là qu’intervient votre motivation : ces aides existent, mais c’est à vous d’aller les trouver et les obtenir ! Bref, se lancer n’est plus réservé aux « grands fous », ou nous en sommes de plus en plus. [Tweet « Créer une #startup n’est plus réservé aux « grands fous » ! @PierreBaigts « ]   Olivier BOURDONOlivier BOURDON  @INITIATIVEOISE   Facebook : Initiative Oise   Créer une start-up n’a jamais été aussi facile. Beaucoup de secteurs sont en pleine évolution et de nouvelles technologies sont développées régulièrement.   Les médias nous bombardent tous les jours de nouvelles histoires de start-ups françaises ou américaines qui connaissent aujourd’hui des chiffres de croissance exponentielle. Les spécialistes intergénérationnels quant à eux nous annoncent que les nouvelles générations seront entrepreneuriales.  

Un écosystème favorable attend donc les startupers. Mais attention aux doux rêveurs, il ne suffit pas de trouver LA bonne idée. Le plus difficile n’est pas de créer mais de durer.

Il faut très vite savoir s’entourer des bonnes personnes : investisseurs et collaborateurs, ne pas hésiter à remettre son projet en question, à modifier son business model. Le chemin est long et jonché d’embûches mais qu’est-ce que l’aventure est belle !

[Tweet « #ecosystème français favorable attend les #startupers @InitiativeOise « ]

    Cyril de Sousa Cardoso Cyril de Sousa Cardoso Cofondateur de Mesacosan et Wydeez. TEDx Talker  

Est-il facile de créer sa startup aujourd’hui ? Oui. Et comme jamais auparavant !

Les aspects administratifs de création d’une société, de dépôt d’une marque et d’achat d’un nom de domaine sont d’une simplicité déconcertante.

En parallèle, il est possible avec les nouvelles technologies qui émergent chaque jour, de lancer les premières versions de son site web ou de son application mobile, voire même d’un produit physique avec très peu de moyens, là où il fallait encore il y a quelques années d’importants investissements.

Tester son idée, son concept est devenu très simple. A cela s’ajoute que l’écosystème des startups françaises est aujourd’hui incroyablement dynamique et riche en évènements, rencontres, concours, accompagnements, incubateurs…

La France est en train de se doter d’une véritable culture « startup » en y apportant, comme dans chaque domaine, sa « French Touch ». Et pour celles et ceux qui sont capable de démontrer la qualité de leurs idées et de leurs produits, les investisseurs sont au rendez-vous pour accélérer leur développement.

Inutile de traverser l’atlantique ! Les prochains champions français vont se créer et se développer en France.

Cependant est-ce que cette simplicité à créer sa startup est une facilitée pour réussir ?

[Tweet « Cette simplicité à créer sa startup est-elle une facilitée pour réussir ? @CyrilCardoso « ]

De mon point de vue oui. Car c’est une véritable invitation à essayer, à tenter et à se confronter rapidement à de potentiels utilisateurs qui vont nous permettre de converger, grâce à leurs retours, vers leurs besoins réels.

Cela ne veut pas dire réussir à tous les coups, mais si cette facilité de créer sa startup s’accompagne du droit à essayer, à échouer et à recommencer alors nous allons produire de grandes innovations et de grandes réussites.

Loic Leofold Loic Leofold Fondateur de Neowind  

L’écosystème français, social, industriel et économique (les partenariats universitaires et des centres de recherche, les crédits d’impôts recherche, le crowdfunding…) est aujourd’hui un facteur de facilitation dans la création de sa start-up.

 

Notre pays dispose d’un véritable vivier de talents qui ne demandent qu’à s’exprimer. Le plus difficile dans cette aventure est de pérenniser l’activité.

Aussi, les start-up week-end sont des outils à haute valeur ajoutée pour les entrepreneurs car ils leur permettent de construire un véritable cadre aux projets centré autour de la création de modèles économiques innovants et apportant de fortes valeurs ajoutées à leurs idées initiales.

Identifier les besoins de sa clientèle cible et y répondre parfaitement est sans nul doute la clé du succès.

J’ai fondé NEOWIND en février 2014, cabinet de conseil et de coaching en gestion de projet et en conduite de changement centré autour d’une boîte à outils innovants : méthodes agiles, outils collaboratifs et facilitation. Mon expérience en tant que créateur et en tant que consultant auprès des start-ups montre que toutes les idées initiales sont bonnes mais que la réussite passe également par la construction d’un réseau solide de partenaires et de la fusion de toutes les forces vives du projet vers un objectif et une culture commune.

Aussi, la création d’une start-up est avant tout une aventure enrichissante dont le résultat final est influencée par la capacité du groupe à collaborer et à développer l’intelligence collective.

Ainsi, les start-up week-end permettent à de nombreux futurs entrepreneurs d’échanger leurs idées, leurs expériences et ainsi de consolider leurs projets initiaux. [Tweet « La France dispose d’un véritable vivier de talents @LEOFOLDLoic #startup « ]    Olivier PicardOlivier Picard CEO chez ALLADIN Technologies et Start&Boost   Il n’y a pas de meilleur moment pour créer son entreprise que le jour où vous êtes prêt. Ce que je veux dire par là c’est qu’il y 2 grands types de facteurs qui influent sur les chances de réussite d’un projet d’entreprise. Les facteurs intrinsèques qui dépendent de l’équipe porteuse du projet et les facteurs extrinsèques qui dépendent de son environnement économique et social.   Mon retour d’expériences m’incite à penser qu’une bonne loi de Pareto s’applique ici et que ce sont les facteurs intrinsèques qui génèrent 80% du résultat. Les facteurs extrinsèques auxquels on pense en premier sont : économie en croissance ou en décroissance.   En période de croissance les commandes sont abondantes, mais très souvent la concurrence est féroce car tout le monde se lance dans un contexte où il parait simple de créer son entreprise.   A l’inverse, en période de « vache maigre » peu de gens se lancent, alors que bien souvent ce sont dans ces périodes qu’il y a de nombreuses opportunités de rupture à saisir. Oui, ce sont dans ces périodes difficiles que les acteurs économiques cherchent des façons différentes « de faire les choses ».   Il existe donc de nombreuses opportunités pour celui qui sait observer. La cerise sur le gâteau est que peu de personnes se lancent dans ces périodes, donc peu de compétiteurs.   Internet, les Smartphones, les objets connectés, l’impression 3D, n’en sont qu’à leur début des bouleversements sociétaux qu’ils apportent. Certes, chaque époque a apporté son lot de rupture et donc d’opportunité à saisir, en revanche ce qui est nouveau, c’est la formidable accélération du processus favorisée par la communication instantanée à l’échelle planétaire.   Voilà pourquoi aujourd’hui plus que jamais, la réussite d’un projet dépend en majeure partie des facteurs intrinsèques de l’entrepreneur. Dans une époque fertile et speed, celui qui est prêt à :
  • observer (capter les opportunités),
  • prioriser (gérer son temps),
  • communiquer (donner envie),
Fera la différence. Celui qui ne l’est pas, doit simplement s’y exercer.   cedric-debacqCédric DEBACQ @cedricdebacq – graphiste et photographe multimédia  

Il n’est pas plus difficile de créer une startup que de chercher un emploi.

Pour moi, on peut tous entreprendre, innover, créer en France.

Vous avez une idée ou vous souhaitez répondre à un besoin ? Vous avez des ressources (institutions, formations, financement, etc.) pour monter votre startup.

Vous avez un état d’esprit entrepreneurial, vous souhaitez mettre en avant votre leader entrepreneur ? Lancez-vous et monter votre startup.

Vous êtes prêt à vivre la plus belle aventure de votre vie ?

Entourez-vous d’entrepreneurs, mettez en avant votre passion, vos clients vous attendent !

[Tweet « Il n’est pas plus difficile de créer une startup que de chercher un emploi. »]

Monter sa startup en France est-il difficile ?

Vous aussi donnez votre avis sur cette question dans les commentaires à la fin de cet article. infographie-monter-startup

Comment lancer une startup ? La recette complète pour réussir !

couverture-livre-startup-petite1Pour aller plus loin, je vous invite à découvrir le nouveau livre de Rémy Bigot de montersonbusiness.com « Comment lancer une startup ? La recette complète pour réussir ! » Extrait du sommaire du livre :
  • Le parcours idéal d’une startup à succès
  • Comment trouver 1 bonne idée ?
  • Tester votre idée sans dépenser d’argent, c’est possible !
  • Les 18 erreurs fréquentes qui tuent les startups
  • Comment trouver vos premiers clients rapidement et avec peu d’argent ?
  • Faites parler de vous dans les médias
  • Financez votre startup sans les banques
  • Pourquoi le business plan ne sert à rien… Ou presque
  • Les outils indispensables à votre réussite

[cocorico_bouton url= »http://cedric-debacq.fr/livre-startup » cible= »meme_fenetre » taille= »normal » couleur= »rouge »]Je veux télécharger le livre de Rémy[/cocorico_bouton]

  [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
Interview retour d'expérience entrepreneur

Memotrips carnet de voyage connecté

Les prochaines vacances de la Toussaint et de Noël approchent à grands pas. Il va être temps de s’organiser et préparer vos vacances. Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter Aurélien fondateur de Memotrips une startup qui s’est spécialisée dans les carnets de voyage.

Dans cette nouvelle interview, nous allons voyager et découvrir la naissance de Memotrips. Je suis certain que vous allez adopter son concept et l’emporter avec vous lors de vos prochaines vacances.

aurelien memotripsPouvez-vous vous présenter auprès des auditeurs ?

Aurélien, 30 ans, passionné de Web et de voyage, enchanté! Issue d’une formation informatique, j’ai passé cinq ans dans différentes sociétés à faire des choses plus ou moins intéressantes. Accros au milieu des startups et des nouvelles technologies, j’ai toujours voulu entreprendre, mais sauter le pas n’est pas évident. Une occasion s’est présentée ce début d’année, j’ai sauté dessus !

Comment est né Memotrips ?

Memotrips est né dans ma tête il y a quasiment 3 ans. J’étais dans la Death Valley aux Etats Unis, dans un village très reculé de tout où il régnait une ambiance d’isolement incroyable. Paradoxalement, j’ai eu envie de partager ce sentiment avec mes proches via quelques photos, une ligne de texte et une localisation. Aucun outil spécialement conçu pour historier ses souvenirs de voyage n’existait. L’idée de proposer un service de carnet de voyage en ligne via un smartphone ou un PC était né.

  [Tweet « @aurelien_caruel j’ai toujours voulu #entreprendre @memotrips est né ! « ] Pourquoi avez-vous lancé ce projet ?

Comme pas mal de gens, des idées de projets me passent (trop souvent?) par la tête. Je dois faire sans cesse le tri, pour écarter les projets où la barrière à l’entrée est trop importante, où le business modèle ne tient pas, où la concurrence est trop rude ou l’innovation absente. Parmi les projets qu’il me reste, Memotrips paraissait le plus viable, le plus attendu par les voyageurs et les curieux.

Qu’est ce qui vous motive dans cette aventure ?

La motivation est née d’un besoin personnel. A l’heure actuelle, ce type de service n’existe toujours pas. Je trouve donc la motivation dans la mise à disposition d’un service unique, pratique, convivial et gratuit permettant de créer des carnets de voyage connectés. L’autre motivation est l’intérêt que le projet suscite autour de moi. Au fil de mes rencontres avec des acteurs du voyage ou d’autres profils, j’ai des échos quasiment toujours positifs.

A qui s’adresse votre projet ?

Mon projet s’adresse en premier lieu aux voyageurs qui souhaitent conserver durablement leurs souvenirs de voyages. Aujourd’hui, le voyageur prend bien souvent des milliers de photos de son voyage qu’il ne visionne et partage jamais car il manque le contexte associé à chaque photo. Pour les voyageurs avec une mémoire de poisson rouge (comme moi!), Memotrips leur permettra également de retrouver en un clin d’œil le nom du temple qu’ils ont visité à Bali il y a deux ans ou l’adresse à conseiller du fameux marché au fruit de Barcelone, grâce à leurs carnets de voyage.

Le projet s’adresse également à tous les proches des voyageurs qui souhaitent les suivre durant leur périple. Avec Memotrips, le voyageur crée son carnet de voyage au fur et à mesure, ce qui permet à ses amis et familles de les suivre et de partager un peu de leur voyage en temps réel. Plus largement, chaque voyageur pourra aller consulter les carnets de voyages publics des autres voyageurs pour s’inspirer et préparez leurs prochains voyages.

carte memotrips

Vous indiquez que les carnets de voyages sont publics ? Quelles seront les conditions de confidentialité prévue pour les utilisateurs ?

Bien vu! Au delà de la notion de carnets de voyage connecté, Memotrips a également pour vocation le partage d’expérience et l’enrichissement culturel de chacun. Cela implique qu’une partie des carnets de voyage doit être publique, mais cela n’est pas obligatoire ! Au moment de la création de son carnet de voyage connecté, le voyageur décide si son carnet sera publique, semi privé ou complètement privé. A l’heure où la confidentialité des données est la clé, cela mérite quelques explications :

  • Un carnet de voyage privé signifie que le voyageur qui a créé le carnet est le seul à pouvoir consulter ce carnet et tout son contenu (localisations, opinions, photos, etc.)
  • Un carnet de voyage semi privé signifie que seuls les amis du voyageur peuvent consulter son carnet de voyage. Sur Memotrips, il y a une notion d’amis dans la même logique que Facebook.
  • Un carnet de voyage public signifie que tout le monde peut consulter le carnet de voyage. Celui ci est référencé dans les moteurs de recherche.

Ce mode de partage est favorisé par Memotrips car il permet d’échanger entre les voyageurs sur les anecdotes, les bonnes adresses et les lieux à éviter : chacun y trouve son compte. Mais même sur un carnet public, le voyageur peut décider de rendre privée telle ou telle photo ou étape.

Comment travaillez-vous au quotidien ?

Les journées sont bien remplies! Je jongle entre le développement de Memotrips et mon activité de consultant informatique qui me permet de vivre. Memotrips est toujours en phase de développement : je passe d’une casquette de développeur à une casquette d’entrepreneur à la recherche d’un associé, à la casquette de commercial pour aller démarcher des acteurs souhaitent annoncer sur Memotrips, à la casquette de lecteurs de blogs voyage pour aller trouver les early adopters.

Travaillez-vous seul ou avez-vous des associés ?

Je suis pour le moment seul mais je suis persuadé qu’il faut être bien entouré pour réussir. Je suis donc à la recherche d’associés pour avancer. D’ailleurs, je profite de cette interview pour passer un appel. Ayant un profil technique, je suis à la recherche un business developper et un community manager pour se lancer de plein pied dans cette belle aventure !

Logo Memotrips

Comment avez-vous défini l’identité visuelle de Memotrips ?

A la question, qu’est ce qui symbolise un souvenir de voyage, les gens vont vous répondre l’indémodable coucher de soleil. C’est donc tout naturellement que le logo représente un coucher de soleil, mais une autre signification d’y cache, saurez vous la découvrir ? Cherchez un peu avant d’aller trouver la réponse sur http://blog.memotrips.com Plus largement, les couleurs choisies pour l’interface du site sont assez classiques dans le milieu du voyage. J’ai voulu un design très épuré car l’accent doit être mis sur le contenu des voyageurs. Comment travaillez-vous l’image de marque de Memotrips ? Pour le moment, il est vrai que la priorité n’est pas l’image de marque car je mets l’accent sur la sortie d’une première version. J’essaye tout de même de faire connaitre le nom Memotrips via le blog, via Facebook et via Twitter. Comment organisez-vous votre communication ? Pas. Et je sais que ce n’est pas bien. Je cherche activement un associé qui pourrait prendre la partie communication en charge. A bon entendeur… timeline-memotrips

Quels réseaux sociaux utilisez-vous ? Pourquoi ?

Memotrips est présent sur Facebook, Twitter et Pinterest. Facebook sert à diffuser les actualités du site et du blog, Twitter est plutôt utilisé pour partager des infos courtes et de l’actualité intéressante, tandis que Pinterest aura pour but d’épingler les plus belles photos des carnets de voyages Memotrips.

Pouvez-vous citer des entrepreneurs qui vous ont inspirés dans la démarche de votre projet ?

De longue date, je suis Marc Simoncini car j’aime sa façon de voir les choses et sa spontanéité sur Twitter. Plus récemment, j’ai découvert Paul Morlet (www.lunettespourtous.com) pour lequel j’ai beaucoup d’admiration dans sa volonté de renverser le secteur des opticiens.

Avez-vous des conseils à donner à ceux qui souhaitent se lancer dans un projet entrepreneurial ?

Le premier conseil se résume en deux lettres : GO ! N’ayez pas peur, allez-y ! J’ai attendu 5 ans avant de me lancer, j’aurais surement dû y aller plus tôt. Le plus tôt est le mieux car plus la vie avance, plus les contraintes financières s’accumulent (loyer, achat, enfant, etc.). Dans ce sens, le statut d’étudiant-entrepreneur est d’ailleurs pour moi une très bonne chose.

Le second conseil est lié à la communication autour du projet. Combien de fois ai-je entendu « ne parle pas de ton projet, tu vas te faire piquer l’idée ». C’est FAUX ! Les personnes que vous rencontrez et à qui vous parlez de votre projet appartiennent à l’une des deux catégories suivantes :

• des entrepreneurs qui ont déjà 50 idées à la seconde et sont bien souvent déjà lancés dans une ou plusieurs aventures • des non-entrepreneurs qui vont pouvoir vous dire ce qu’ils en pensent, mais qui n’auront jamais le reflexe de se dire « à mais oui! je vais faire la même chose! » Vous aurez bien plus à y gagner de parler de votre projet, vous aurez des feedbacks, de nouveaux contacts, de nouvelles idées et vous trouverez même des personnes prêtes à vous aider. Le mot de la fin ? Merci Cédric de m’avoir accordé un peu de ton temps pour mettre un petit coup de projecteur sur Memotrips. Si vous avez la moindre question, contactez moi par Twitter @Memotrips ou en commentaire de ce billet. A bientôt ! aventure entrepreneuriale [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
SalonSME

Le salon des micro-entreprises 2014, une belle aventure !

Pour moi, cela était une première en tant qu’entrepreneur d’assister à ce type d’événement. Je trouve que le slogan du salon « Faites-le plein d’idées et d’énergie » représente bien l’ambiance du salon des micro-entreprises.

Entre les exposants, les conférences, les speed business meeting et les personnalités à rencontrer, j’ai passé 3 jours riches et intenses, je ne voyais pas les journées passer tellement il y a de quoi s’occuper.

 

Mes premiers pas en tant que blogueur officiel du salon des micro-entreprises

  Tout a commencé quand j’ai accepté la proposition de Jérôme Hoarau de devenir blogueur officiel du salon. Cette expérience était une première pour moi et je suis content d’y avoir participé. Vous avez pu découvrir en amont une partie du programme du salon. J’ai également sollicité des entrepreneurs à participer et à partager leurs expériences à travers des articles comme :    

Être blogueur officiel et assister au salon des micro-entreprises

  Cette expérience en tant que blogueur pour le salon des micro-entreprises m’a permis de me faire connaître auprès des visiteurs, exposants, conférenciers et les personnalités du salon. Je suis très heureux d’avoir été reconnu dans les allées du salon par Harold Zime Président fondateur de hoolders, Camille Blaise co-fondateur de Neocamino, Mathieu Moreno blogueur sur Le Challenger et Gautier Girard fondateur du site et forum très connu des entrepreneurs.   [caption id="attachment_17192" align="aligncenter" width="1024"]SalonSME2014-Hoolder Harold Zime Président fondateur de hoolders et son équipe.[/caption]   Pour finir, j’ai eu l’opportunité de pouvoir échanger avec Axelle Lemaire Secrétaire d’État chargée du Numérique.   [caption id="attachment_17158" align="aligncenter" width="1024"]SalonSME Axelle Lemaire Entrevue avec Axelle Lemaire et les blogueurs du salon[/caption]    

Graphiste pour le village soft skills du salon des micro-entreprises

 

En plus d’être blogueur, j’ai travaillé en tant que graphiste pour réaliser des supports de communication pour le village soft skills de creapreZent et le Playground sur le salon. Grâce à l’infographie ci-dessous, vous avez un aperçu des différents supports que j’ai réalisé (carte de visite, flyer, affiche et kakémono)

  support-communication  

Lorsque je suis arrivé au village soft skills au salon, j’ai reçu un accueil chaleureux des membres de creapreZent et du Playground. Ils m’ont remercié pour le travail que j’ai réalisé sur leurs supports de communication.

Ce qui ma profondément touché, ceux sont les retours très positifs des visiteurs du village pour la qualité de mon travail. De plus grâce à cela, j’ai obtenu de nouvelles opportunités.  

Du networking au salon des micro-entreprises

 

Le salon des micro-entreprises ne serait rien sans les milliers de possibilités pour faire du networking, de rencontrer des porteurs de projets et d’autres entrepreneurs. Tous les jours, nous avions la possibilité d’assister aux speed business meeting pour une durée de 30 minutes.

Les speed business meeting était animés d’une main de maître par Allan. Il était là pour rythmer et donner le tempo pour le bon déroulement de ces petits rendez-vous networking. J’y ai participé malgré ma timidité et mon appréhension, mais je suis super content d’y avoir assisté et cela m’a permis d’échanger avec beaucoup de porteurs de projets et de chefs d’entreprises.

Mais le networking va bien au-delà des speed business meeting. S’il y a bien une chose qu’il faut retenir de ces 3 jours du salon, c’est l’importance du réseau. Si vous lisez régulièrement mes articles, j’en parle très souvent.

Pour ma part, comme j’habite en Auvergne, lorsque je viens à Paris cela me permet de rencontrer justement quelques personnes de mon réseau comme Olivier Monteux de SocialMediaPro, Ling-en Hsia organisateur de la conférence Solopreneur, Rémy Bigot de Montersonbusiness.com et Alexandre Bortolotti de wpmarmite.com. Ces rencontres nous permettent d’entretenir notre réseau et améliorent nos échanges pour le business de chacun.
 

Mon avis du salon des micro-entreprises

  Je recommande à tout proteur de projet et chef d’entreprise de micro-entreprises de participer à ce type d’événement. Le salon permet à chacun de trouver des solutions ou des expertises afin d’être accompagné dans la création ou le développement de son entreprise. Le salon des micro-entreprise facilite les échanges, les rencontres grâce aux exposants, à ses conférences et ses nombreux visiteurs. Le salon permet de décrocher de nouvelles opportunités, de rencontrer de nouveaux partenaires et également trouver des investisseurs. Personnellement, je préfère se mode de fonctionnement pour trouver de nouveaux clients, que de dépenser de l’énergie en faisant du phoning. Sincèrement, assistez à un salon professionnel, renforce la qualité de votre réseau d’entrepreneurs, booste votre notoriété et votre visibilité et vous permet de développer votre business bien au-delà de la durée du salon.  

Le salon des micro-entreprises en images

  [caption id="attachment_17195" align="aligncenter" width="1024"]SalonSME2014-Vincent Avanzi Interview sur Widoobiz de Vincent Avanzi[/caption]   [caption id="attachment_17161" align="aligncenter" width="1024"]Salon des micro-entreprises Village soft skills de creapreZent et du Playground[/caption]   [caption id="attachment_17196" align="aligncenter" width="1024"]SalonSME2014-creaprezent Conférence Soft Skills avec Jérôme Hoarau et Julien Bouret – Photo de Thierry Mesnard[/caption] [caption id="attachment_17197" align="aligncenter" width="1024"]SalonSME2014-playground Le Playground sur le village soft skills du salon des micro-entreprises[/caption]   [caption id="attachment_17154" align="aligncenter" width="1024"]Salon des micro-entreprises Alain Bosetti co-fondateur et président de planète micro-entreprise et Axelle Lemaire secrétaire d’Etat chargée du Numérique[/caption]   Et vous ? Avez-vous assisté au salon des micro-entreprises ? Qu’avez-vous retenu ? N’hésitez pas à partager votre retour dans les espaces commentaires ci-dessous. [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
ressources devenir entrepreneur

Des citations d'entrepreneurs pour votre créativité

6 citations d’entrepreneurs pour votre créativité

« Mieux vaut un travail imparfait fait qu’un travail parfait pas fait » – Jérôme Hoarau Tweetez cette citation en cliquant ici

« Le seul endroit où le succès vient avant le travail, c’est dans le dictionnaire » – Vidal Sassoon Tweetez cette citation en cliquant ici

« Souvent rêveur, toujours acteur, l’entrepreneur, leader créateur, surmonte la peur et les erreurs » – Jérôme Hoarau Tweetez cette citation en cliquant ici

« Un objectif n’est pas toujours censé être atteint, il sert souvent simplement comme quelque chose à viser » – Bruce Lee Tweetez cette citation en cliquant ici

« Face au monde qui change, il vaut mieux penser le changement que changer le pansement » – Francis Blanche Tweetez cette citation en cliquant ici

Infographie citations d’entrepreneurs

infographie citation entrepreneur [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
SalonSME

Pourquoi faut-il participer au salon des micro-entreprises ?

Le salon des micro-entreprises s’est plus de 24 000 entrepreneurs, indépendants, créateurs et dirigeants de TPE qui fréquenteront les allés du salon. Ils viennent principalement pour trouver des solutions concrètes, des conseils pratiques et des rendez-vous clients/partenaires.

Nous allons voir ensemble pourquoi en tant qu’entrepreneurs vous devez assister au salon des micro-entreprises.  

Qui participent au salon des micro-entreprises ?

55% des créateurs présents sur le salon concrétisent leurs projets et 54% des créateurs lancent leurs activités dans les 6 mois qui suivent le salon. Ils y arrivent grâce aux 40 institutions, cabinets et associations qui les conseils et les accompagnent dans la création et le développement de leur projet durant les 3 jours du salon.

40% des dirigeants et indépendants de TPE ont plus de 3 ans d’anciennetés, 61% travaillent dans le conseil et les services aux entreprises et 39% des entreprises TPE emploient au moins 1 salarié.

Pour finir, vous aurez la possibilité de croiser lors des conférences ou dans les allés du salon des prescripteurs influents comme :  
  • Des personnalités politiques et médiatiques
  • Des chefs d’entreprises expérimentées
  • Des réseaux d’accompagnement
  • Des conférenciers et des experts
  • Des journalistes
Pour en savoir plus sur qui participent au salon des micro-entreprises, suivez ce lien.  

Les secteurs d’activités qui participent au salon des micro-entreprises

13 secteurs d’activités sont présents tout au long du salon dans les domaines du conseil, de la formation, du réseautage et de la gestion. Ces différents secteurs participent dans le but d’apporter le plus de solutions concrètes à l’ensemble des visiteurs du salon. Quelque soit le stade de votre projet vous trouverez des conseillers pour vous aider dans le développement de votre entreprise. Durant les 3 jours plus de 200 exposants, 220 conférences et plus de 500 experts seront la pour vous accompagner, conseiller et vous aider à développer votre business. Pour en savoir plus sur les secteurs d’activités présents au salon des micro-entreprises, suivez ce lien.  

Quelles sont les bénéfices à participer au salon ?

Premièrement, vous pouvez vous inscrire gratuitement pour obtenir votre badge et ainsi participer au salon des micro-entreprises.

Une fois sur place, vous allez pouvoir mettre tout vos atouts en valeurs afin de collecter de nouveaux contacts, échangez avec les entrepreneurs, les chefs d’entreprises présent sur le salon et surtout prendre des rendez-vous clients.

En second lieu, je vous rappel que le salon début ce mardi 30 septembre, il est impératif de bien se préparer avant de franchir les portes du salon. Voici une petite liste non-exhaustive à ne pas oublier :
  • Préparez vos cartes de visite, elles sont indispensables lors de vos échanges sur le salon.
  • Préparez vos documents indispensables pour obtenir des conseils pour l’avancer de votre projet
  • Prenez avec vous, un carnet et un stylo c’est toujours utile pour prendre des notes (sauf si votre Smartphone est équipé)
  • Soyez ponctuelle (il va y avoir du monde pendant ces 3 jours)
  • Si vous savez qui vous souhaitez rencontrer lors du salon, il serait pratique pour vous de préparer l’ensemble de vos questions afin de ne rien oublier sur place.
Pour finir, voici les moments forts du salon à ne pas rater : [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
créer une startup ressources devenir entrepreneur

6 conseils d'entrepreneurs pour se faire connaître

Aujourd’hui, vous allez découvrir 6 conseils d’entrepreneurs pour vous aider à travailler votre communication. Offrez la visibilité à votre entreprise, à votre site internet grâce aux conseils de ces entrepreneurs.

Tout au long de cet article, vous allez découvrir des conseils, des astuces pour vous faire connaître et placer votre entreprise sur le chemin de la réussite.

Chacun des entrepreneurs ci-dessous ont répondu à cette question : qu’elle serait votre conseil pour communiquer et se faire connaître. Vous êtes également invité à cette question dans les espaces commentaires ci-dessous.

Faites comme mes 6 entrepreneurs et entrepreneuses, venez apprendre, partager et participez à cet article. Chaque entrepreneur à des conseils à partager afin de se faire connaître et ainsi s’offrir la visibilité que votre entreprise, votre business méritent.

6 entrepreneurs vous conseillent pour vous faire connaître

Nicolas-BERMONDNicolas BERMOND, Consultant en plate-forme de marque, stratégie de communication – Fondateur Agence Brooklyn

Travaillez bien les bases ! Voilà mon conseil pour bien communiquer et se faire connaître … A l’heure où il y a une véritable multiplication des outils de communication (Réseaux Sociaux, Applications mobiles, C.R.M., …), il est primordial de bien savoir qui on est, qu’est-ce que l’on vend, et qu’est-ce que l’on a en plus de ses concurrents.

Pour cela, il faut travailler le coeur de votre business: La marque ! Car plus qu’une société, vous gérez une marque qui doit avoir un positionnement clair sur son marché, et des valeurs qui la font vivre au quotidien. Et ce n’est qu’à partir de cette base, qui sera évidemment bien construite, que vous travaillerez une belle identité visuelle qui ne correspondra qu’à VOTRE marque.

Les bases, le positionnement, les valeurs, c’est la condition unique pour faire de votre communication future une communication claire, simple, limpide … Il n’y a qu’à voir la réussite qu’a une marque comme Apple dans ce domaine pour se rendre compte que les fondements de la marque sont primordiaux !

[Tweet « Pour bien #communiquer, travaillez bien les bases ! @nicobermond « ]

  Calvo-MarjorieMajorie Calvo en recherche d’un emploi dans la communication

Quand vous lancez votre micro-entreprise, n’hésitez pas à utiliser le web et les réseaux sociaux pour multiplier vos chances de vous faire connaître. Selon votre domaine d’activité, il peut être indispensable d’avoir un site internet pour promouvoir vos services et être plus visible auprès de vos clients. Toutefois, créer un site web ou déléguer cette tâche à une agence web requièrent soit du temps soit de l’argent, ce que vous n’avez pas forcément.

La solution la plus abordable pour vous sera alors de communiquer sur les réseaux sociaux. Vous êtes certainement déjà rompu à cette pratique dans le cadre de votre vie personnelle en ayant un profil Facebook par exemple. Et bien, rien ne vous empêche d’utiliser ces canaux dans le cadre de votre activité ! Qui plus est, cela ne vous coûtera rien !

Voici quelques réseaux sociaux que vous pouvez utiliser :
  • Facebook : Très forte audience et touche un public large et varié. Il vous permet de communiquer directement auprès de vos prospects et clients.
  • LinkedIn et Viadeo : Ce sont des réseaux avant tout professionnels. Vous pouvez cibler les entreprises qui vous intéressent et monter des partenariats.
  • Twitter : Réseau utilisé principalement par les jeunes ou les professionnels du web. Si vous êtes dans la communication ou l’informatique, vous pouvez aussi y trouver des partenaires.

Il vous suffit juste de choisir le réseau le plus pertinent et efficace pour vous. Pour commencer, vous pouvez créer un compte pour votre entreprise sur ces différents réseaux afin que personne d’autre n’utilise votre nom, et n’en choisir qu’un où publier du contenu en fonction du temps que vous pouvez y consacrer… quitte à développer votre communication par la suite en utilisant des solutions payantes.

[Tweet « Choisissez le réseau le plus perinent et efficace pour communiquer @MarjorieCalvo « ]

AB-communication-graphiqueAntonin Brun AB COMMUNICATION GRAPHIQUE Communiquer et se faire connaître est probablement le plus difficile à faire en tant qu’entrepreneur. Pour se faire il existe plusieurs moyens : – les réseaux sociaux, – le réseau familiale/ami – la prospection … Je vais vous donner deux exemples concrets qui m’ont permis d’avoir un partenariat avec un entrepreneur et un client. Pouvoir s’immiscer dans une conversation avec un inconnu : Je suis graphiste webdesigner et je recherchais un développeur web pour un projet. Un samedi soir, alors que j’étais dans un bar, j’entends deux personnes parler de webdesign et de HTML. Je décide donc d’aller me présenter (sans savoir leur métier) et de participer à la conversation. Il se trouve qu’une des deux personnes était développeur web. Cette personne est maintenant un partenaire à qui je fais appel quand j’en ai besoin et qui fait appel à moi quand il a besoin. Un client venu d’ailleurs : Parlez à vos ami et à votre famille de votre société. Votre domaine d’activité intéresse probablement des entreprises, et grace au «bouche à oreille», votre nom peut ressortir. C’est ce qu’il m’est arrivé, la cousine de mon père à un ami qui à un fils qui à un copain qui à un père (vous voyez de quoi je parle) et un client m’a soudainement appelé en expliquant de quel manière il a eu mon contact. Tout est un bon prétexte pour parler de votre société (sans abus bien-entendu). Conclusion : Parlez de votre activité ! Il ne s’agit pas d’avoir que ça comme discussion avec vos amis, famille, connaissances… mais parlez en à un moment ou à un autre. Ces personnes connaissent d’autres personnes qui seront potentiellement intéressées par vos services. [Tweet « Parlez de votre activité autour de vous #Famille , #Amis … ! @ABCG31 « ] Cédric CarvalhoCédric Carvalho Entrepreneur & Organisateur du Startup Weekend Compiegne Si vous voulez vous faire connaître, commencez par le terrain ! Pour vous faire connaître, vous avez besoin que les gens s’engagent, c’est-à-dire qu’ils vous écoutent et relaient votre information à d’autres personnes. Or il est beaucoup plus facile de créer de l’engagement en face à face qu’en ligne et sur les réseaux sociaux. C’est pourquoi la majeure partie de votre travail de communication doit se faire sur le terrain et doit servir à vous constituer un réseau. Chaque personne que vous rencontrerez vous ouvrira de nouvelles portes et vous conduira à terme vers vos futurs clients ! Participez à des évènements (salons, meetups, apéros entrepreneurs,…), sortez de votre zone de confort et développez votre dimension commerciale.

Pour ce dernier point, je vous conseille la lecture de « Convaincre en moins de deux minutes » de Nicholas Boothman qui vous donnera les clés pour améliorer votre sens relationnel.

Petit à petit, développez votre présence sur les réseaux sociaux. C’est votre réseau précédemment constitué ainsi que vos clients qui vous donneront la visibilité et la crédibilité dont vous aurez besoin pour augmenter votre audience et ainsi vous développer davantage ! Faites donc en sorte qu’ils s’engagent pour vous.

Pour résumer, commencez par vous faire connaître sur le terrain et bâtissez-vous un réseau. Attaquez ensuite les réseaux sociaux pour croitre. Et retenez finalement que le plus important pour se faire connaître auprès de vos futurs clients, ce sont les gens que vous connaissez.

[Tweet « Faites vous connaître sur le terrain et bâtissez-vous un réseau @carvalhoced @SWCompiegne « ]

Cécile-VerdierCécile Verdier community manager

Le conseil que je donnerai aux entrepreneurs pour communiquer et se faire connaitre en tant que community manager serait d’établir une stratégie digitale. Pour débuter, demandez-vous sur quels réseaux sociaux vos clients et vos prospects sont. Il n’est peut être pas nécessaire d’être partout, cela va dépendre de votre activité mais aussi du temps que vous allez avoir à consacrer à cette communication.

Il vaut mieux être sur un réseau social correctement que sur plusieurs à la fois mais sans arriver à tout gérer. Ensuite optimisez vos profils (Facebook, Twitter, Linkedin, Viadeo,…), cherchez les personnes influentes qui partagent les mêmes intérêts que vous, partagez des informations pour devenir au fil du temps une personne à suivre et reconnu comme expert dans votre domaine.

Sur le web ne parlez pas que de vous, de vos produits et de vos services communiquez sur l’actualité de votre secteur d’activité, la vie de votre entreprise,… Dans réseau social il y a le mot social alors n’oubliez pas les échanges et les interactions. Maintenant à vous de vous lancer dans le vaste monde des réseaux sociaux !

[Tweet « Pour bien communiquer il vous faut une stratégie digitale @CecileV_CM « ]

cedric debacqMon conseil pour se faire connaître Démarquez-vous ! Une bonne communication qu’elle soit sur le terrain ou sur les réseaux sociaux doit être accompagnée par une image de marque digne de ce nom.

Pour cela, il vous faut une identité visuelle qui se traduit par votre logo, qui lui même doit être visible sur vos cartes de visite et sur l’ensemble de vos outils de communication. Sans oublier sur vos pages et vos profils sur les réseaux sociaux.

Pour finir, vous avez beau avoir le plus beau produit ou le plus beau service à proposer à vos futurs clients, si vous négligez votre image de marque, votre identité visuelle, cela ne vous aidera pas à vous faire reconnaître dans vos actions de communication.

[Tweet « Pour une bonne #communication, démarquez-vous ! »]

 Ce qu’il faut retenir :
  • Soyez visible et communicatif sur les réseaux sociaux,
  • Travailler le cœur de votre business,
  • Développez une identité visuelle et une image DE marque,
  • Soyez là où vos prospects et vos clients se trouvent,
  • Faites parler de vous, faites vous recommander,
  • Partez à la rencontre de vos futurs clients ou partenaires sur le terrain,
  • Echangez, partagez et engagez autour de vous !
article-collaboratif [cocorico_separateur style= »continu »] Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant sur les boutons ci-dessous. ]]>

Catégories
ressources devenir entrepreneur

Se préparer aujourd’hui pour mieux entreprendre demain

Aujourd’hui, je souhaite échanger avec vous sur l’évolution de mon entreprise. C’est pourquoi j’ai choisi ce titre : se préparer aujourd’hui pour mieux entreprendre demain.

On pourrait croire en tant que graphiste freelance, je passe mes journées à ne faire que des créations pour mes clients (ce qui peut être vrai), mais j’occupe aussi mon temps à faire avancer mon entreprise dans l’unique but de toujours mieux vous satisfaire.

Si, vous me le permettez, j’aimerai partager avec vous ce qu’il s’est passé récemment dans mon activité en tant qu’entrepreneur.

Pourquoi entreprendre demain, se prépare aujourd’hui ?

J’ai commencé, il y a 3 ans avec le statut d’Auto-entrepreneur. Pour moi ce statut est un très bon choix lorsqu’on souhaite tester son activité, son produit ou ses services. Mais au bout d’un moment, il faut se poser les bonnes questions pour continuer à progresser et faire évoluer son entreprise.

Personnellement, j’ai fait le choix en mai dernier de changer de statut et j’ai opté pour le statut « Entrepreneur-Salarié », qui me permet à ce jour de bénéficier du soutien d’une coopérative « Appuy Créateur » qui se trouve à Clermont-Ferrand.

Cette coopérative me permet d’avoir un soutien, un accompagnement et être formé dans la gestion de mon entreprise. Il m’accompagne dans la partie administrative (comptabilité, fiscalité, etc.). Je peux également bénéficier de nombreuses formations qui sont à disposition des entrepreneurs salariés de la coopérative.

Ce nouveau statut me permet d’aujourd’hui de me consacrer à 100 % à mon activité tout en bénéficiant d’un accompagnement solide.

Pour finir, le statut d’entrepreneur salarié me permet de cotiser comme si j’étais un salarié (sécurité sociale, chômage, retraite) ce que ne permet pas le statut d’auto-entrepreneur.

Si vous avez des questions à propos du statut, je vous invite à me poser vos questions dans les commentaires ci-dessous. [Tweet  » Choisissez le bon statut pour mieux #entreprendre demain ! »]

Mon objectif en 2014 : Allez à la rencontre de mon réseau

En début d’année 2014, je me suis fixé comme objectif d’aller à la rencontre de mon réseau. Comme tout entrepreneur, il est important de disposer d’un réseau solide pour développer son business.

Même si les réseaux sociaux jouent très bien ce rôle, il est quand même plus gratifiant d’aller à la rencontre des membres de sa communauté. Comme vous le savez, en avril dernier j’ai eu l’opportunité de participer à la conférence de Ling-en Hsia (à lire ici). Cette conférence m’a permis de rencontrer plusieurs personnes de mon réseau et d’approfondir nos échanges, nos liens et notre envie d’entreprendre ensemble.

Pour continuer, sur mon objectif, depuis début septembre, je publie régulièrement des articles sur la thématique « entreprenariat ».

Cette initiative est née à l’occasion du salon des micro-entreprises, pour lequel, je suis devenu blogueur officiel et j’assisterai au salon du 30 septembre au 2 octobre à Paris.

J’arriverai au terme de mon objectif en novembre prochain, lors du Webdeux Connect qui se déroulera du 17 au 19 novembre à l’école 42 à Paris. Pour finir, je suis en train de préparer un projet avec des confrères créatifs, j’aurai le plaisir de vous en parler très rapidement sur ce blog. [Tweet « Développer un réseau pour mieux #entreprendre demain ! »]

Mieux entreprendre demain, se prépare dès maintenant !

Changement de statuts, renforcement des échanges avec mon réseau et « c’est pas fini ». Vous l’avez surement remarqué si vous me suivez depuis mes débuts sur la blogosphère, mon blog portfolio a évolué lui aussi.

Un site web ou un blog portfolio, a besoin d’évoluer et de développer sa croissance dans l’intérêt premier d’apporter un meilleur confort à ses utilisateurs.

C’est pour cette raison que j’ai voulu faire évoluer le mien. En vous apportant un nouveau design, une nouvelle mise page et une meilleure navigation sur l’ensemble de vos écrans.

Si toutefois, vous avez des suggestions constructives à apporter, n’hésitez pas à les indiquer dans les commentaires ci-dessous. [Tweet « Chouchoutez ses consommateurs pour mieux #entreprendre demain »]

Et demain, comment mieux entreprendre au quotidien ?

J’espère avec mon expérience, que cela vous permet à vous aussi de vous poser les bonnes questions afin de mieux entrepreneur au quotidien, dès demain.

De mon côté, je continue à lire, à apprendre et à vous écouter. Pour moi, réussir à mieux entreprendre demain et avant tout à bien se préparer aujourd’hui, et cela avec vous au quotidien.

Prêt pour continuer l’aventure avec moi ? [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>