Catégories
Interview retour d'expérience entrepreneur

Franchise : Développer votre réseau à partir de la rédaction de contenu

Grégoire Vernière de chez Actabis.

Vous allez découvrir le parcours entrepreneurial de Grégoire. Quel statut a-t-il choisi pour son activité ? Ce qu’il fait au sein de son agence pour accompagner les franchiseurs à travers de la rédaction de contenu.

Ensuite Grégoire, vous livrera quelques conseils pour vous aider à vous lancer dans votre aventure entrepreneuriale. N’hésitez pas à poser vos questions dans les commentaires à la fin de cet article. Bonne lecture. [cocorico_separateur style= »continu »] Gregoire VerniereGrégoire Vernière fondateur de Actabis Site Web : http://www.actabis.com [cocorico_separateur style= »continu »]

Pouvez-vous vous présenter auprès des lecteurs du blog ?

Bonjour je m’appelle Grégoire Vernière, j’ai 32 ans. Après avoir travaillé pendant près de 10 années dans le secteur du commerce associé, tout particulièrement auprès de Franchiseur, et à majorité sur des fonctions de développement réseau pour de grandes entreprises, j’ai décidé de créer mon activité en m’appuyant sur ces compétences.

Passionné par le Marketing et la Communication, j’ai décidé de coupler ces deux savoir-faire et de les adapter à mon métier initial, c’est-à-dire de valoriser les Réseaux de Franchise afin d’optimiser leur processus de recrutement de « candidats entrepreneurs ». Pour simplifier j’utilise des techniques de rédaction de contenus dont l’objectif unique pour les Franchiseurs est d’avoir encore plus de candidats et surtout encore plus qualifiés. Mais mon activité dépasse cet univers du commerce associé et je propose également mes services aux PME et TPE locaux.

Comment avez-vous créé votre entreprise ?

Lorsque j’ai pris la décision de me lancer, plusieurs options se sont présentées à moi. Mais dans tout ce schéma un peu barbare (Sarl, Eurl, Sas, Ei…) qui pourtant ne m’est pas étranger de part mes fonctions précédentes, j’ai pris l’initiative, grâce à un ami qui m’a parlé du portage salarial et notamment des coopératives d’entrepreneurs, de prendre cette option. Je me suis donc rapproché de la coopérative Appuy Créateurs qui m’héberge maintenant depuis 2011.

La coopérative est pour moi un formidable levier pour démarrer son activité, mais aussi pour la poursuivre ! Ateliers, travail collaboratif, réseau, c’est vraiment une plate-forme très efficace à mon sens pour n’importe quel créateur, à condition que l’activité puisse s’adapter à ce schéma.

Pour l’instant, je souhaite poursuivre avec Appuy Créateurs, qui est non seulement un formidable « outil de travail », mais surtout une équipe et des entrepreneurs sur lesquels nous pouvons compter !

 

Présentez-nous le concept de votre entreprise ?

L’activité d’Actabis s’articule autour de deux principaux axes, le premier est donc de permettre aux Franchiseurs de développer leur rédaction de contenus à travers des interviews, portraits de Franchisés, mais également à travers toutes leurs actualités en lien avec le développement du réseau. Le deuxième axe vient en complément du premier, il s’agit de proposer à toute entreprise du contenu rédactionnel à utiliser sur tous les supports de communication, site internet, réseaux sociaux, etc. Je pose souvent la question suivante : Quand avez-vous posté votre dernière actualité ? Et la réponse est bien souvent sans appel ! À l’heure du tout numérique, et du temps réel la rédaction de contenus et pour une entreprise un levier de développement qui ne peut plus rester en second plan !

La rédaction de contenu proposée par Actabis se veut de qualité journalistique, et répondant aux standards actuels de SEO. En complément de l’activité proposée par Actabis, j’ai créé également une plate-forme web d’actualités uniquement dédiée au commerce associé, La Gazette de la Franchise, permettant à toutes les entreprises du secteur de faire une veille informationnelle permanente, mais aussi de permettre à tous les entrepreneurs qui s’intéressent à la Franchise de suivre l’actualité des réseaux, avec la possibilité de faire des demandes de documentations aux Franchiseurs. Le principal atout de cette plate-forme est le fait qu’elle soit principalement tournée sur les flux d’actualités des réseaux et pas seulement sur un simple « catalogue » des réseaux existants.  

Comment avez-vous recruté vos associés et/ou collaborateurs ?

Pour l’instant je travaille seul, cependant il m’arrive de collaborer avec d’autres entrepreneurs de la coopérative.  

Quel conseil donneriez-vous aux personnes qui souhaitent se lancer dans une aventure entrepreneuriale ?

Il faut foncer, mais garder les pieds sur terre ! Ce n’est pas facile tous les jours ! Il faut avoir le soutien de son entourage, sa famille ses amis, et ne pas se trouver dans une situation financière trop fragile, car bien souvent il ne faut attendre de rémunération les premiers mois… voir la première année… Et surtout il faut persévérer et ne pas rester isolé !!!!  

Quel évènement vous a le plus marqué dans votre vie d’entrepreneur en 2015 ?

C’est une question difficile, mais je pense que c’est le jour ou j’ai lancé mes deux nouveaux sites internet, celui d’Actabis et de la Gazette de la Franchise… Ce n’est pas grand-chose, mais cela a marqué pour moi la concrétisation de tous mes derniers projets. D’un point de vue moins égocentrique, les chiffres du chômage en France qui me font bondir ! Cela fait partie aussi du rôle des entrepreneurs de créer de l’emploi et j’espère pouvoir y arriver un jour ! Ce serait pour moi une véritable fin en soi !  

Comment avez-vous créé l’image de Marque de votre entreprise ? Et comment l’entretenez-vous au quotidien ?

J’ai fait appel à une agence de communication pour m’aider dans la création de tous mes outils. Après pour moi c’est surtout de la rédaction de contenu qui permet en plus de l’aspect visuel d’entretenir son image de marque ! J’ajoute à tout ça un peu de débrouille et d’huile de coude, mais je pense qu’il est important de faire appel à des professionnels quand on ne maîtrise pas ! Et puis on peut très vite perdre beaucoup de temps, qui serait plus propice à être utilisé dans son coeur de métier !  

Comment organisez-vous la communication de votre entreprise ?

J’ai une organisation spécifique pour Actabis et pour la Gazette de la Franchise, ces deux activités ne font pas la même chose et s’adressent à deux cibles différentes. Donc il s’agit de deux méthodologies différentes, mais tout cela reste modeste pour l’instant !  

Quels réseaux sociaux utilisez-vous ? Pourquoi ?

Facebook et Twitter principalement, tout simplement parce qu’il s’agit des réseaux sociaux les plus utilisés et qui donc atteignent le plus de personnes.  

Qu’est-ce qui vous passionne dans l’entrepreneuriat ?

La routine est complètement inexistante, et je crois que pour moi c’est déjà génial ! Le défi ainsi que l’idée de se sentir autonome… C’est une pour moi une belle aventure, je vis tout cela comme un grand échiquier ou chaque jour il faut prendre des décisions pour pouvoir avancer ses pions. Je trouve qu’il faut vivre l’entrepreneuriat comme un jeu, mais il faut quand même garder les pieds sur terre et la pression économique est réelle.  

Pouvez-vous citer des entrepreneurs qui vous ont inspirés dans votre parcours d’entrepreneur ?

Pas forcément des grands de ce monde… Mais mon grand-père qui était boulanger ! Eh oui l’entrepreneuriat, ce n’est pas que Apple, Facebook, Microsoft et Google 🙂 Et puis plein d’autres personnes qui m’entourent et qui sont pour moi des exemples ! En tout cas surtout ceux qui ont réussi en partant de zéro.  

Quel est votre point de vue sur l’entrepreneuriat en France et quel conseil donneriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans une aventure entrepreneuriale ?

Malgré tout ce que nous pouvons entendre au quotidien dans nos médias, la France est largement favorable à la création d’entreprises ! Une multitude d’aides existent et peuvent permettre à un entrepreneur de s’exprimer et de réaliser son projet dans les meilleures conditions possibles. Sinon trois mots qu’il faut garder en tête dans sa vie entrepreneuriale : – Persévérance – Enthousiasme – Travail  

Pouvez-vous nous recommander 3 livres qui vous ont aidé à entreprendre ?

Alors là franchement je lis plus de romans policiers que d’ouvrages dédiés à l’entrepreneuriat ! Sinon un site web que je trouve vraiment bien c’est celui de l’APCE.   [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
Interview retour d'expérience entrepreneur

Tutos'Me : Apprenez de nouvelles compétences !

Depuis que je suis devenu entrepreneur, j’en apprends tous les jours et bien plus que tout au long de ma scolarité. Les nombreux entrepreneurs que je croise régulièrement me parlent souvent de leur envie, leur désir d’apprendre. Cela est devenu une habitude quasi quotidienne pour la plupart d’entre eux.   Aujourd’hui, dans cette nouvelle interview, je donne la parole à Anthony qui a fondé Tutos’Me, une plateforme de mise en relation entre particuliers désireux d’apprendre, de partager avec d’autres particuliers. À la fin de cette interview, n’hésitez pas à lui adresser des commentaires afin d’approfondir l’échange avec Anthony. Bonne lecture. [cocorico_separateur style= »continu »] Anthony-BriceAnthony Brice CEO de Tutos’Me Sitehttps://www.tutos.me/ Facebook : https://www.facebook.com/tutosme Twitterhttps://twitter.com/tutosme Linkedinhttps://www.linkedin.com/company/tutos’me [cocorico_separateur style= »continu »]

Pouvez-vous vous présenter auprès des lecteurs du blog ?

Je m’appelle Anthony Brice, je suis le CEO de Tutos’Me, après un parcours en sciences politiques et en communication, j’ai opté pour l’étude de la programmation neurolinguistique. Très tôt tourné vers l’entrepreneuriat, je suis quelqu’un de persévérant, toujours en quête de nouvelles idées et de technique à mettre en place. J’ai créé Tutos’Me, une plateforme de mise en relation entre des personnes désirant apprendre quelque chose et d’autres désirant et pouvant les transmettre.

Comment avez-vous créé Tutos’Me ?

Plusieurs facteurs m’ont poussé à créer Tutos’Me.

La première raison, c’est qu’à plusieurs reprises, je me suis retrouvé bloqué pour avancer sur des projets ou dans la vie de tous les jours par manque de connaissances diverses, qui me poussait sans arrêt à faire appel à des prestataires extérieurs alors qu’acquérir ces connaissances ne me prendrait que quelques heures.

L’autre facteur est le prix prohibitif des cours proposés par les grandes entreprises qui se partagent le monopole du cours particulier. Je ne trouvais rien à moins de 50 euros de l’heure sur le scolaire, par exemple, et malgré les déductions fiscales, c’était assez handicapant en termes de budget en raison des marges effectuées par ces entreprises en situation d’oligopole.

J’ai donc décidé de monter Tutos’Me afin de faciliter la mise en relation entre celui qui désire apprendre quelque chose, et celui qui peut les transmettre, et ça, à des tarifs défiant toute concurrence.

J’ai donc effectué un business plan, une étude de marché et me suis entouré d’un cabinet comptable et juridique pour toutes les formalités.   https://www.youtube.com/watch?v=4vexYZ0i1CE

Comment avez-vous recruté vos associés et/ou collaborateurs ?

J’ai choisi mes associés sur un critère précis. Apporter une valeur ajoutée, afin de faciliter notamment les levées de fonds futures. J’ai donc proposé le projet à un développeur web performant et reconnu de tous, ainsi qu’une personne axée sur le commercial et une autre sur la communication et le marketing, afin de créer un noyau dur ultra performant et que la boite puisse se suffire à elle-même pour le lancement.

Pour mes collaborateurs, nous avons engagé deux stagiaires à long terme. L’un étant dans le rôle du chargé de communication et marketing et l’autre focus sur l’aspect social média. Nous avons aussi fait appel à des prestataires tels qu’un graphiste et un expert en réseaux sociaux ainsi qu’un cabinet de RP prochainement.

Quel conseil donneriez-vous aux personnes qui souhaitent se lancer dans une aventure entrepreneuriale ?

Mon premier conseil serait d’en demander ! Souvent, on pense avoir l’idée du siècle, mais on se retrouve face à ses limites une fois lancé. Que ce soit de manière comptable, RH, ou juridique, il est important de tout prévoir en amont.

Ensuite, l’appui d’un cabinet comptable et juridique est essentiel. Il faut vraiment faire attention à tout cela. Enfin, il faut bien se mettre dans la tête que l’entrepreneuriat est avant tout une question de sacrifice.

Celui qui pense que parce qu’il n’a pas de patron, sa vie sera plus belle se trompe. Il faut une parfaite hygiène de vie, et un rythme bien défini. Il y a une phrase qui dit :
« être entrepreneur ce n’est pas travailler de 9h à 17h, mais du moment où tu ouvres les yeux à celui où tu les fermes. »

Il faut s’attendre à voir sa vie sociale réduite et perdre des personnes de son entourage, mais cela fait le tri…  Je le vois souvent, avec mon entourage qui pense beaucoup travailler, mais qui prévoit plein de choses chaque week-end, etc.

Être un vrai entrepreneur, ce n’est pas avoir du temps, et bien que pour être performant il faut pouvoir s’en libérer pour recharger les batteries. Au départ, c’est illusoire, et ça, peu de gens le comprennent ou font semblant de le comprendre, car il pense le vivre. Il faut des reins solides. Chaque jour qui passe, votre main et tous vos membres sont entre une planche et une machette. C’est l’image que j’ai ces temps-ci…

Comment avez-vous créé l’image de Marque de Tutos’Me ? Et comment l’entretenez-vous au quotidien ?

L’image de l’entreprise a été créée avec l’idée du partage. Tutos’Me, entre toi et moi, le tu, le moi, l’échange, le rapport, la proximité.

Tout cela, nous l’avons bâti en mettant en avant notre proximité avec le client. Entre une ligne directe téléphonique, une forte présence sur les réseaux sociaux, des experts dans la matière pour nous accompagner.

Un accompagnement sur mesure de nos clients, un rapport quasi amical avec nos milliers de prestataires, le fait de tous les rencontrer. Tutos’Me s’engage au quotidien à établir une relation de proximité avec tout le monde.

Comment organisez-vous la communication de votre entreprise ?

Notre communication au jour d’aujourd’hui est basée sur les réseaux sociaux ainsi que le « Street-marketing » et le mailing. Une deuxième phase concernera bientôt les RP ainsi que de la publicité (on ne vous dit pas encore quoi, mais cela arrive bientôt !J )

Quels réseaux sociaux utilisez-vous ? Pourquoi ?

Nous utilisons principalement Facebook, G+, Twitter et Linkedin. Nous avons fait le tour de toutes les possibilités, et la pertinence de ces réseaux pour l’optimisation de référencement et pour toucher les prospects et influenceurs ciblés semblait le meilleur des choix.

Qu’est-ce qui vous passionne dans l’entrepreneuriat ?

Il y a une chose que j’aime par-dessus tout, c’est le défi. Celui de convaincre. Celui de surprendre. Celui de réussir. Trouver des outils, les tester, les approuver ou non, recommencer, mesurer l’impact des stratégies mises en place. Ce que j’aime, c’est faire d’un rien, un levier. C’est une manière de me convaincre que lorsque l’on veut, on peut. Que l’on fasse partie du CAC40 ou que l’on dirige une start-up. 

Pouvez-vous citer des entrepreneurs qui vous ont inspirés dans votre parcours d’entrepreneur ?

Sans être original, le parcours de Steve Job me touche beaucoup. Et, pour aller un peu plus dans l’affect, celui de Dume Demardi, aujourd’hui à la tête de GIFI corse, qui m’a donné, étant petit, des armes, par sa manière d’être. Sa philosophie de vie et sa modestie m’ont beaucoup touché. Aujourd’hui, il ne le sait d’ailleurs probablement pas, mais il y est pour beaucoup dans ma quête entrepreneuriale. Je lui présenterais mon projet dans sa finalité très bientôt. Je veux arriver avec quelque chose de parfait.

Quel est votre point de vue sur l’entrepreneuriat en France et quel conseil donneriez-vous à un jeune qui souhaite se lancer dans une aventure entrepreneuriale ?

Je pense que l’état devrait entreprendre à son tour. Il demeure des incompréhensions totales sur les choix du gouvernement dans sa politique des entreprises. Les impôts sont si élevés qu’embaucher à l’aveugle est devenu impossible. Les charges sont bien trop grandes pour permettre aux start-ups de s’entourer, de donner du travail, et d’accomplir plus vite leurs objectifs.

Si je devais donner un conseil à un jeune, c’est d’abord, de s’assurer que ses finances sont saines. Sans un minimum derrière soi, on court à sa propre perte et on focus sur le cercle vertueux/vicieux de : Il faut de l’argent pour communiquer et convertir des clients / il faut des clients pour avoir de l’argent.

Pouvez-vous nous recommander 3 livres qui vous ont aidé à entreprendre ? Sans aucune hésitation : [cocorico_separateur style= »continu »]

En bonus* !

Envie de tester Tutos’Me ? Voici une offre exclusivement réservé aux lecteurs du blog. Pour 1 heure achetée, vous bénéficiez d’1 heure gratuite pour vous accompagner dans la création de votre business plan. Comment ça marche ? Cliquez sur l’image ci-dessous et lors de votre réservation indiqué le code promo : « CDEBACQ2016 ». [caption id="attachment_22816" align="aligncenter" width="851"]Tutos'Me vous offre 1 heures de cours "tuto Business" Tutos’Me vous offre 1 heure de cours « tuto Business »[/caption] *Offre valable jusqu’au 26 mars 2016 [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
Interview retour d'expérience entrepreneur

10 histoires entrepreneuriales pour entreprendre 2015

Voici l’histoire entrepreneuriale de 10 entrepreneurs et entrepreneuses qui ont accepté de nous partager leurs expériences, leurs anecdotes durant l’année 2014 ainsi que leurs conseils pour bien démarrer en 2015.

Pour vous publier ces histoires, j’ai posé deux questions à ces entrepreneurs et entrepreneuses. Voici ces deux questions :

  • Quel évènement t’a le plus marqué dans ta vie d’entrepreneur en 2014 ?
  • Et quel conseil donnerais-tu pour bien démarrer en 2015 ?

Vous allez découvrir des histoires entrepreneuriales riches en relations humaines, en aventure, en opportunités le tout accompagné de leurs conseils pour débuter une nouvelle année.

Et vous chers lecteurs ? Quels anecdotes ? Quels événements avez-vous vécu en 2014 ? Et quels conseils avez-vous envie de partager pour commencer cette nouvelle année ?

 

Cyril-de-Soussa-CardosoCyril De Sousa Cardoso Co-fondateur de Mesacosan & Wydeez.

 

L’année 2014 fut tellement riche en rencontres et nouveaux projets que j’ai du mal à déterminer quel événement m’a le plus marqué. Mais globalement je pense que 2014 a renforcé pour moi cette « magie » que j’attribue à la relation humaine, en cela qu’elle a renforcé cette conviction qu’on ne peut jamais préjuger où pourra nous conduire une nouvelle rencontre, parfois même anodine. Je le constate au jour le jour dans ces projets que je portais déjà en 2013, mais aussi dans toutes ces opportunités qui se sont présentées en 2014 sans que je ne les anticipe et qui m’ont conduit à intervenir sur le thème de l’innovation auprès de deux grands groupes français et internationaux, mais aussi à m’investir dans deux nouveaux projets très éloignés de mes domaines d’activités initiaux, le premier dans l’univers de la distribution et de la logistique, le second dans l’univers des comics. Des projets qui vont maintenant me porter en 2015 et qui a l’origine sont tous partis d’une rencontre anodine. Parfois d’un tout simple message laissé sur un réseau social. Il me semble que l’entrepreneuriat est une aventure géniale qui nécessite une ouverture permanente aux opportunités.

Cependant pour tout de même donner une réponse précise à la question de Cédric « quel événement m’a le plus marqué dans ma vie entrepreneuriale en 2014 » et bien je dirais le Startup Weekend de Compiègne. Tout d’abord car c’est là-bas que j’ai eu la chance de rencontrer pour la première fois Cédric. Ensuite car j’y ai pris beaucoup de plaisir et enfin car, si cet événement n’a pas directement nourri mes différents projets, il m’a par contre bluffé par l’énergie que j’y ai trouvé. Et le terme « bluffé » n’est pas trop fort. Je l’ai dit et répété tout au long de l’année 2014, on ne peut pas être pessimiste pour l’avenir de la France quand on voit tout les personnes, l’enthousiasme, les rêves, les idées et les projets qui animent aujourd’hui l’écosystème entrepreneurial français.

Pour bien commencer 2015 en tant qu’entrepreneur je pense donc que nous devrions, chacun, nous poser cette question : « quelles sont les personnes de mon réseau qui ne se connaissent pas encore et qui gagneraient à se rencontrer ? » Tout d’abord car je pense qu’avant de pouvoir profiter de son réseau il faut se demander ce que je peux lui apporter et enfin car, si comme je le pense, l’entrepreneuriat est avant tout une affaire humaine alors l’entrepreneur doit chercher chaque jour à connecter et se connecter aux autres. Je souhaite donc à tous les entrepreneurs une année 2015 faite d’aventures humaines excitantes et enthousiasmantes. [Tweet « l’entrepreneuriat est avant tout une affaire humaine @CyrilCardoso »]    

Vincent-AvanziVincent Avanzi, Conférencier et Poète d’entreprise www.odysseehumaine.com et www.laplumedufutur.com

 

Le Salon des Micro Entreprises au Palais des Congrès de Paris en Septembre a été l’évènement le plus marquant pour mon parcours de vie de conférencier et de poète d’entreprise, et ce pour 4 raisons.

  • Il a marqué le début d’une aventure collective au sein du réseau d’experts en « soft skills » creapreZent : une rencontre entre 12 personnes de tout horizon qui joignent leur force pour tenter d’aider les entrepreneurs à sublimer leurs richesses humaines. Cela faisait longtemps que je cherchais à faire partie d’une équipe solide, diversifiée, dynamique, internationale et avançant dans un sens qui reflétait des valeurs éthiques. Après un premier « village soft skills » réalisé en 2014, nous serons de retour dans de nouveaux salons et évènements en 2015 pour de nouvelles « chasses aux trésors » !
  • Il a inauguré un cycle de conférences poétiques en entreprises avec une conférence en salle plénière devant 150 personnes où pendant une heure, nous avons abordé les questions de l’éveil de la créativité et embarqué dans un voyage poétique participatif. Chacun a pu écrire un poème sur un thème inspirant en se projetant dans le futur, trente poèmes ont été lus et tous ont été sublimes ! Pour découvrir la vidéo, des poèmes et quelques témoignages : http://laplumedufutur.com/
  • Il a été le lieu du premier concours de tweets poétiques entrepreneuriaux jamais réalisé. Nous avons organisé en partenariat avec le Salon un concours de tweets et de poèmes pour tous les participants du Salon, et de nombreux entrepreneurs se sont prêtés au jeu. « Cultiver les rêves de son imaginaire pour devenir un entrepreneur visionnaire. » Pour lire les poèmes et les tweets du concours :
  • Il a été l’occasion de faire le lien entre un tour du monde en 2013 sur la poésie de l’être humain et la poésie de l’entreprise en 2014, au travers de la projection de mon film : « Une Odyssée Humaine – Les 12 Travaux de l’Art de vivre ensemble». Vidéo disponible sur ce lien : http://odysseehumaine.com/2014/07/31/12-travaux/

Donc après cet évènement « milestone » de 2014, je vous donne rendez-vous au Salon des Entrepreneurs en février 2015. L’avenir reste à écrire…

Les meilleurs conseils que je puisse donner pour toute personne qui se cherche et qui souhaite être en mouvement en 2015 sont les suivants :
  • S’ouvrir au champ des possibles car l’avenir est en nous
  • Sortir de chez soi et sortir de sa zone de confort pour dépasser ses limites
  • Rencontrer des gens, échanger, brainstormer, networker
  • Créer des ponts et connecter les « dots » à la Steve Jobs pour ouvrir sa voie
  • Saisir toutes les opportunités et tenter des choses, avec comme motto « l’échec n’est qu’un apprentissage ». Pour faire émerger une innovation, il faut en essayer dix auparavant !
  • Inventer son avenir, et peut-être le faire à plusieurs. Comme le dit un proverbe africain : « seul on va vite, ensemble on va loin ».

Et puisque demain nous appartient, essayons au moins de viser le bien.

[Tweet « Demain nous appartient, essayons au moins de viser le bien. @AHumanOdyssey « ]  

Olivier Monteux - SocialMediaProOlivier Monteux fondateur de SocialMediaPro

  Eh bien, ce n’est pas un événement particulier ou une anecdote qui m’a le plus marqué dans ma vie d’entrepreneur en 2014 ;

Ce sont toutes les incroyables rencontres que j’ai faites cette année ! En 2014, je me suis plus concentré sur le networking qu’en 2013, et cela m’a permis de rencontrer et de discuter avec des gens passionnants, entres autres : Jérôme Hoarau, Alain Bosetti, Ling-en Hsia, Nicolas Pène, Ludovic Barthélémy, Olivier Jadzinski, Johann Yang-Ting, Rémy bigot, Alexandre Bortolotti, Franck Vansoen, Lola Cuvelier, Yannick Alain, Zuzana Chroma, Sergio Laubary, Biba Pedron, Grégory Lagrange, Grégory Grand, Alexandre Roth, Olivier Bessaignet… et beaucoup d’autres ! Bien sûr, sans t’oublier toi Cédric 😉

Mon conseil c’est de ne pas oublier que les réseaux sociaux c’est top pour une première approche et rentrer en contact avec quelqu’un, mais que rien ne vaut une véritable rencontre ! Si vous voulez que votre business cartonne en 2015, sortez de votre trou ! Faites quelques conférences, des évènements networking, des meetups, ou rejoignez un groupe d’affaires style BNI ! [Tweet « En 2015, sortez de votre trou ! @omonteux »]  

Remy-BigotRémy Bigot de MonterSonBuisness.com

  Difficile à dire, tant cette année a été riche. J’ai adoré participer au salon des entrepreneurs, avec une équipe de choc à la tête de l’événement et de beaux projets lancé depuis et prévu pour la version 2015. Le salon des micro-entreprise également, avec beaucoup de rencontres passionnantes. Je dirais aussi le lacement de mon émission hebdomadaire sur l’entrepreneuriat, le MSB show, j’en rêvais depuis longtemps ! Bref, du très bon cette année encore et 2015 s’annonce encore meilleur avec un nouveau projet en cours de finalisation et qui va aider un grand nombre d’entrepreneurs à grandir 😉 Pour 2015 je conseillerai un truc tout simple : avancez, testez, créez, bougez les lignes, tentez ! La vie appartient à ceux qui agissent et qui réalisent leurs rêves et tentent de faire bouger les choses 😉 [Tweet « En 2015 : avancez, testez, créez, bougez les lignes, tentez ! @remybigot »]  

Jerome-Hoarau-softskillsJérôme Hoarau coach et formateur en soft skills – http://fr.jerome-hoarau.com/

  Le salon des micro-entreprises 2014 qui a eu lieu au Palais des Congrès. Ce fut une superbe opportunité pour moi car j’ai pu : – co-créer le premier Village Soft Skills avec creapreZent (6 stands présents pendant les 3 jours) ; – 1 conférence sur les soft skills des entrepreneurs avec Julien Bouret devant 200 personnes ; – 1 intervention pendant la conférence sur la poésie d’entreprise avec Vincent Avanzi ; – co-création du concours de tweets poétiques ; – parrainage de la conférence plénière (pendant laquelle j’ai pu discuter avec deux ministres, Pierre Kosciusko-Morizet, …) ; – création et animation du dispositif de blogueurs officiels du salon. Bref ce fut comme vous pouvez le voir une expérience très riche et très intense ! Je me suis rendu compte de la force du collectif pour aller plus loin et plus fort. Je ne remercierai jamais assez l’équipe du salon et ses fondateurs pour m’avoir fait confiance sur tous ces chantiers, et à toutes les personnes qui ont rejoint cette aventure extraordinaire dont toi Cédric d’ailleurs ! Pour 2015, j’ai plusieurs phrases qui me viennent à l’esprit par rapport à ta question issue de l’inspirante conférence TEDx « Très humain plutôt que transhumain par Alain Damasio au TEDxParis » – Vivre chaque instant comme le dernier, vivre chaque instant comme le premier (vous créez et vivez avec enthousiasme et énergie grâce à cet état d’esprit). – Au transhumanisme je préfère le très humanisme (ne pas devenir trop dépendant de la technologie mais aussi cultiver ses compétences humaines, ses soft skills). Enfin mon dernier conseil vient de ce que j’ai pu apprendre de ma formation chez le playground (par deux personnalités inspirantes, Marco Frediani et Lourdes Gutierrez) : entreprendre avec son coeur, et pas uniquement avec sa tête. Un entrepreneur est une personne complète, et pas uniquement une personne rationnelle ou pragmatique. Ayez le courage de suivre votre coeur et vos tripes et vous verrez que vous passerez d’entrepreneur à Leader Entrepreneur. Car comme je ne le répèterai jamais assez « L’entrepreneur fait. Le leader est. Le Leader Entrepreneur fait ce qu’il est et est ce qu’il fait. » [Tweet « L’entrepreneur fait. Le leader est. Le Leader Entrepreneur fait ce qu’il est et est ce qu’il fait. @jero974 »]  

Amelie-AyguesparssesAmélie Ayguesparsses graphiste et webdesigner sur Bordeaux

  En cette fin 2014, je me dois de faire le point sur ma vie d’entrepreneur. Il y a eu beaucoup d’événements qui m’ont marqué, mais celui que je vais mettre en avant, c’est la mise en place de mon blog ! (surpris ?) Pourquoi ? En fait, je n’ai jamais trop été à l’aise avec la rédaction durant mes années scolaires… Bien que j’ai toujours beaucoup de choses à dire *rires*. Alors, comme je souhaitais faire évoluer ma stratégie de communication, j’ai demandé des conseils à Cédric, qui m’a soutenu dans cette initiative. Je me suis donc lancée à l’occasion de mes 2 ans de Freelance. Depuis, même si je ne rédige pour le moment qu’un article par mois, je prend plaisir à poser ma plume sur la toile du web, tout en espérant continuer sur cette voie et m’améliorer dans le monde de l’écriture. Pour bien démarrer 2015, il faut déjà avoir bien terminé l’année 2014. Et pour ce, il faut se donner des objectifs et tenter de les respecter. Par exemple : – Avoir des nouveaux contrats et continuer à satisfaire les clients ; – Participer à plus d’événements ; – Augmenter son chiffre d’affaires ; – etc. La liste pourrait être plus longue, mais ce sont ces objectifs – qui ont été atteint en 2014 – que je vais renouveller en 2015. Oh et pour terminer ! Un conseil que quiconque devrait adopter : soyez optimiste et déterminant tout en gardant le sourire ! [Tweet  » En 2015 : soyez optimiste et déterminant tout en gardant le sourire ! @Divimely »]  

Johann-Yang-TingJohann Yang-Ting, Fondateur de Révolution Positive. Site principal: http://www.b2zen.com/

Consultant en stratégie marketing et développement commercial, auteur, coach, conférencier et formateur « FAST LEARNING » en développement d’affaires et du développement personnel.

2014 a été un tournant dans mon activité ! Ayant commencé par une activité exclusivement en ligne, j’ai souhaité sortir de ce cadre internet pour commencer à échanger avec mes clients en face à face.

J’ai organisé de nombreux séminaires et ateliers en présentiel tout au long de l’année. Ils ont été aussi enrichissants pour moi que pour mes clients. J’avoue avoir autant appris de mes clients que ce que j’ai pu leur transmettre.

L’événement le plus marquant a été mon séminaire Révolution Positive. J’ai compris qui étaient vraiment mes clients et ce qu’ils attendaient de moi. Bien connaître ses clients est indispensable pour avoir une entreprise qui cartonne. Il est très difficile de réellement connaître ses clients derrière un écran ou via des sondages. La façon la plus fiable et efficace pour connaître les besoins de ses clients et ainsi obtenir des idées pour votre business: c’est la discussion en face à face (même informelle) !

Mon meilleur conseil pour 2015 serait d’organiser un maximum d’échanges et d’interactions en direct avec vos clients. Organisez des événements en ligne et en présentiel, même informels. C’est là que vous aurez les meilleurs idées pour répondre aux réelles attentes de votre audience.

Aussi, vos clients veulent avoir des humains disponibles en face d’eux, pas uniquement des produits virtuels. Internet est saturé d’informations et la seule manière de vous démarquer c’est de montrer qu’il y a une communauté qui vous fait déjà confiance dans « la vraie vie » (même si c’est 3 personnes) et d’aller chercher les gens sur le terrain s’il le faut.

Sortez, allez rencontrer du monde, allez rencontrer vos clients, vos partenaires et vos mentors…

J’ai aussi fait beaucoup d’erreurs en 2014, j’en ai parlé dans cette vidéo… Mais ces erreurs m’ont apporté des leçons clés pour doubler mes résultats le reste de l’année. Donc quoiqu’il arrive, soyez persévérant. Il n’y a pas d’échecs, juste des expériences qui vous rapprochent de plus en plus du succès.

Je vous souhaite une année 2015 riche en expériences et en échanges, car un entrepreneur est avant tout un humain qui apporte de la valeur à d’autres humains, ne l’oubliez jamais !

[Tweet « En 2015 :  apportez de la valeur à tout ceux qui vous entourent @Gohann972 »]  

Antonin-BrunAntonin Brun AB COMMUNICATION GRAPHIQUE

  L’événement le plus marquant en 2014 aura tout simplement été la création de ma société et les difficultés que j’ai eu à me lancer. Ce n’est vraiment pas facile de se lancer à notre époque, entre le manque de documentation et les erreurs d’administration, ce n’est pas mince affaire. Il faut réellement faire attention aux moindres détails au niveau administration, bien faire attention ou les cotisations partent, à quel organisme sommes-nous rattaché… Mon conseil pour 2015 s’adressera aux futur entrepreneurs de France. DOCUMENTEZ-VOUS ! La France d’aujourd’hui ne cherche vraiment pas à vous aider dans vos démarches et vous pourriez avoir des surprises. Alors renseignez-vous et appelez les organismes concernés (URSSAF, RSI, CFE, sécurité sociale…). Il se trouve que j’ai eu un problème avec l’organisme auquel je cotise. Pour je ne sais quelle raison je cotisais a l’URSSAF au lieu du RSI. Le RSI va t-il me demander les précédentes cotisations ? C’est encore un mystère. Alors surveillez bien vos papiers administratifs et documentez-vous avant de vous lancer. [Tweet « En 2015 : surveillez bien vos papiers administratifs pour bien entreprendre @ABCG31 »]  

Marion-CHAULOUXMarion CHAULOUX entrepreneuse de l’agence de communication dynamo-neocom

 

Après une création en octobre 2013, l’année 2014 a été la première année complète en activité pour moi. Mon entreprise a beaucoup évolué tout au long de cette année… Initialement consultante en marketing, stratégie et communication pour la filière agricole, je suis aujourd’hui à la tête d’une petite agence de communication spécialisée sur les réseaux sociaux, Dynamo Néocom. Plus rien à voir (ou presque) avec le projet de départ ! Au fil des mois, j’ai compris que l’entrepreneuriat, c’est savoir écouter son marché, s’adapter en permanence aux besoins, aux attentes et proposer une réponse la plus cohérente et unique possible.

L’événement qui a marqué cette évolution, c’est mon entrée à La Nurserie Numérique de Malestroit, une pépinière d’entreprises du numérique. Les rencontres que j’y ai faites (aussi bien en tant que clients, partenaires ou accompagnateurs) ont accéléré le développement de mon projet. J’y ai compris l’importance du réseau et la puissance des rencontres et des échanges.

Rien n’a été plus fructueux professionnellement que depuis que je suis arrivée dans les locaux de cette toute petite ville Morbihannaise. Depuis, tout s’enchaîne ! C’est du bonheur.

 

Mon conseil est de bien s’entourer. Vos partenaires, s’ils sont bien choisis, s’ils partagent les mêmes valeurs et la même ligne directrice que vous, seront de précieux alliés dans la réussite de votre entreprise. Car la réussite d’une entreprise, même si vous la dirigez seul, est la somme des efforts et des actions de toutes les personnes qui gravitent autour de vous et vous accompagnent dans cette aventure. Vos partenaires font partie de votre environnement professionnel et votre environnement influence vos choix. Entourez-vous des bonnes personnes et vous aurez déjà fait un très grand pas en avant vers le succès.

[Tweet « Pour bien démarrer en 2015, il faut savoir bien s’entourer ! @DynamoContact »]  

Mathieu-GeorgesMathieu Georges web-entrepreneur et fondateur de plusieurs site Internet dont www.statutentreprise.com.

 

Je pense que la vie d’entrepreneur est marqué d’une multitude d’évènements marquants tels que le 1er client, la 1ère vente, le 1er article dans la presse ou la télé, … Pour ma part, l’année 2014 n’était pas la première, mais elle était surtout une année de consolidation et de développement de mes activités. Si la question avait était posée pour 2013, j’aurais répondu que la naissance de ma fille était un fait marquant car elle m’a permis de relativiser de nombreuses choses, et oui le boulot n’est peut être pas si important dans la vie 😉

Mais l’évènement qui a marqué cette année est la création d’une entreprise e-commerce par mon épouse (et c’est encore la naissance de notre fille qui l’a incitée). En effet, comme certains le savent, je suis devenu entrepreneur sur le web suite à la lecture du livre de Timothy Ferris « La semaine de 4 heures » dont j’essaie d’appliquer quelques préceptes. Et j’avoue que, quand elle était salariée, elle ne pouvait pas prendre de congés ou faire du télétravail, ce qui me privait de la liberté qui aurait été mienne. Désormais nous avons la possibilité de quitter la région parisienne régulièrement hors week end, de partir à l’autre bout du monde pour quelques semaines et de travailler à distance. Et c’est plutôt bénéfique sur le développement de nos entreprises car nous sommes moins stressés et que nous levons un peu la tête du guidon.

L’autre point positif de cette situation est qu’elle comprend désormais plus facilement les difficultés que j’ai pu rencontrées à mes débuts. En effet l’entourage ne comprend ou n’entend pas toujours ce que peut subir un créateur d’entreprise notamment en terme de solitude, de stress, …

 

Je dirais de faire part de positivisme … Alors entreprenez ! En effet quand on écoute les journalistes ou nos hommes politiques, on ne peut se faire que du souci pour notre avenir, pourtant les entrepreneurs sont sources de réussite à condition de leurs faires confiance. Et de nombreuses initiatives ne font que le confirmer.

Et d’ailleurs sortez rencontrer d’autres entrepreneurs, c’est source de synergie et de développement personnel important, la réussite est communicative 😉

[Tweet « Pour bien démarrer en 2015 – soyez un entrepreneur positif – @PortaildesPME »] article-collaboratif [cocorico_separateur style= »continu »] Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant sur les boutons ci-dessous. ]]>

Catégories
Interview retour d'expérience entrepreneur

Silex plateforme de rencontres professionnelles

Dans le cadre de cette nouvelle interview, vous allez découvrir l’aventure entrepreneuriale de Quentin Fournela co-fondateur de Silex France une plateforme de rencontre entre professionnels.

Silex aide les entreprises a obtenir des réponses sur mesure et les prestataires référencés bénéficient de nouvelles opportunités. Voici l’interview de Quentin Fournela qui nous présente Silex.

  Pouvez-vous vous présenter auprès des auditeurs ?  

Je m’appelle Quentin, je suis titulaire d’une double licence en statistiques et informatique et d’un master de l’école de commerce de Reims.

Après trois ans d’expérience dans le secteur financier, je me suis lancé dans l’entrepreneuriat avec Silex il y a maintenant 6 mois.

  Comment est né Silex ?

Silex est né du constat de la difficulté pour les professionnels à trouver les bons prestataires. Dans mon ancien job, je perdais du temps à chercher des prestataires sans aucune garantie de résultat alors que quelque part se trouvait une personne qui pouvait parfaitement répondre à mes besoins.

Silex veut simplifier cette mise en relation en établissant des liens qui autrefois s’ignoraient. A travers un algorithme propriétaire développé par notre équipe, nous assurons une mise en relation simple et sur-mesure entre les 2 professionnels.

  Pourquoi avez-vous lancé Silex? J’ai lancé Silex d’une part pour simplifier la vie des professionnels et d’autre part pour aider les petites entreprises à développer leur activité.   Qu’est ce qui vous motive dans Silex? Le challenge de s’attaquer à de gros acteurs et à un marché qui a peu évolué depuis plusieurs années.   A qui s’adresse votre projet ? Silex s’adresse à la fois aux grandes entreprises et aux PME/TPE.   Comment travaillez-vous au quotidien ?

Finalement la vie d’un créateur n’est pas si éloignée de celle que j’ai connu avant en tant qu’employé, avec un surcroit évident de motivation et de détermination. Plus le projet avance et plus il devient difficile de poser le crayon le soir.

  Travaillez-vous seul ou avez-vous des associés ? J’ai cofondé Silex avec Nicolas et deux autres associés nous ont rejoins, Philippe notre CTO et Seb notre CMO.   Logo Silex   Comment avez-vous défini l’identité visuelle de Silex?

La relation étant à l’origine du projet, nous avons cherché à symboliser la réussite engendrée par le travail de 2 personnes complémentaires. Naturellement, nous sommes arrivés sur l’emblème du Silex, qui ne peut produire des étincelles que s’il est mis en relation avec un autre Silex. Par ailleurs, nous aimons les choses simples et modernes. C’est pour cela que nous avons travaillé une charte très claire et épurée, qui tranche avec un univers B2B trop consensuel aujourd’hui. Le B2C a vu émerger de nombreuses initiatives aussi bien graphiques que fonctionnelles, Silex apporte une rupture sur le B2B qui a lui beaucoup moins évolué.

  Comment travaillez-vous l’image de marque de Silex?

On a voulu créer une marque moderne sans forcément jouer à tout prix sur l’imaginaire « startup ». Un axe clé pour nous était d’obtenir la reconnaissance et le soutien de grands groupes et de réseaux reconnus comme Cap Digital dont nous sommes adhérents ou Réseau Entreprendre dont nous sommes lauréats.

  Comment organisez-vous la communication de Silex?

On essaye de construire notre communication étape par étape, sans faire d’erreur. Au quotidien, on ne se met pas de pression particulière mais on essaye d’organiser les choses au mieux pour rester le plus professionnel possible. L’idée est d’activer tous les leviers pour bien communiquer sans pour autant y consacrer des fonds trop important.

  Quels réseaux sociaux utilisez-vous ? Pourquoi ?

Twitter et Facebook nous permettent d’échanger avec notre communauté et de nous faire nous connaître du grand public.

LinkedIn nous permet de communiquer auprès d‘une audience stratégique pour nous : les professionnels.

Google+ nous permet d’améliorer notre référencement.

  Pouvez-vous nous recommander 3 livres qui vous ont aidé à entreprendre ? Pas de livre en particulier, j’ai surtout suivi le modèle de mes parents, entrepreneurs.   Pouvez-vous citer des entrepreneurs qui vous ont inspirés dans la démarche de votre projet ?
  • Elon Musk pour sa vision et sa capacité à constamment innover.
  • Steve Jobs car il a réinventé le marketing.
  • Xavier Niel car il a eu l’audace de s’attaquer à des acteurs historiques.
  Avez-vous des conseils à donner à ceux qui souhaitent se lancer dans un projet entrepreneurial ? Entourez vous d’une équipe motivée, prête à prendre des risques et à travailler énormément.   Le mot de la fin ? La France est fantastique pour entreprendre, lancez-vous ! [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
Interview retour d'expérience entrepreneur

Développez vos relations professionnelles lors du #W2C14

Je viens d’assister au Webdeux Connect (#W2C14). Cet événement s’est déroulé du 17 au 19 novembre à l’école 42 à Paris. C’est la première fois que j’y assiste, voici comment j’ai développez mes relations professionnelles lors du Webdeux Connect.

 

Durant ces 3 jours, j’ai revu certaines personnes de mon réseau d’entrepreneurs et j’ai fait la connaissance de nouvelles personnes et j’ai assisté à de nombreuses conférences.

 

Tee-shirt W2c14Pourquoi j’ai assisté au Webdeux Connect ?

 

J’ai voulu assister au Webdeux Connect pour entretenir les relations professionnelles que j’ai obtenu depuis le début de mon activité via les réseaux sociaux ou mon site Internet.

 

Le Webdeux Connect a lieu une fois par an et rassemble l’ensemble de la blogosphère. Il permet à de nombreuses personnes de créer des connexions pour faire du partenariat, du business, etc.

 

Pour cette première fois, j’ai assisté au W2C14 en tant que photographe partenaire. Mon logo a été visible sur les supports de communication (affiche, site web, photocall, tee-shirt, etc.).

 

Concernant mes photographies, elles sont visibles sur la page Facebook du Webdeux Connect et elles vont être utilisées dans la presse, les blogs etc.

   

J’ai développé mon réseau professionnel lors du Webdeux Connect

 

Effectivement, j’ai pu développé mon réseau professionnel lors du Webdeux Connect. Grâce en parti du tee-shirt personnalisé remit à l’accueil le 1er jour de mon arrivé.

  Il y a trois règles importante et a suivre dès votre arrivé :
  1.  porter son tee-shirt
  2. sourire
  3. ne laisser personne seul dans son coin.
 

Les organisateurs du Webdeux Connect ont mobilisé des connecteurs. Ceux sont des personnes qui connaissent bien l’événement et qui sont-là pour créer des connexions entre les personnes présentent lors de l’événement. On les reconnaît facilement grâce à leurs tee-shirts verts.

w2c14-2482

 

Qui sont les personnes que j’ai rencontrées lors du Webdeux Connect 2014 ?

  Voici un aperçu des personnes que j’ai rencontré lors du W2C14.   [caption id="attachment_17887" align="aligncenter" width="753"]w2c14-Axel-Aigret Axel AIGRET conférence W2c14[/caption]  

Axel AIGRET est responsable du marketing au sein de l’agence HIGHLIGHT basée à Clermont-Ferrand. Son agence est spécialisée dans le Social Business pour les marques et les startups.

Pour en savoir plus sur Axel AIGRET : http://highlight.pro/ ou https://twitter.com/axelaigret   [caption id="attachment_17889" align="aligncenter" width="753"]w2c14-Franck ROCCA Franck ROCCA – W2c14[/caption]   Franck ROCCA fondateur de l’agence Kalipseo basée à Cannes. Son agence est spécialisée dans le déploiement de stratégies digitales sur les réseaux sociaux. Pour en savoir plus sur Franck ROCCA : http://kalipseo.fr/ ou https://twitter.com/kalipseo   [caption id="attachment_17890" align="aligncenter" width="753"]w2c14-Sellsy Valentin BEAUDON démonstration Sellsy au W2C14[/caption]  

Valentin BEAUDON fait partie de l’équipe commerciale et marketing de l’agence Sellsy basée à La Rochelle. Je suis client chez Sellsy, j’utilise le logiciel en SAAS pour gérer ma partie commerciale de mon entreprise.

Pour en savoir plus sur VALENTIN BEAUDON : https://twitter.com/valentinbdn   [caption id="attachment_17891" align="aligncenter" width="753"]w2c14-7485 de gauche à droite : Mathieu GEORGES – Benoît DUCHATELET – Jean-Baptiste Caiveau[/caption]  

Mathieu GEORGES est un ancien expert comptable qui est devenu entrepreneur spécialisé dans l’édition et la gestion de site Internet comme le Portail des PME, StatutEntreprise.com et bien d’autres.

Pour en savoir plus sur Mathieu GEORGES : http://www.pourquoi-entreprendre.fr/mathieu-george/ Jean-Baptiste CAIVEAU est fondateur de btobag.com et Le Sac Publicitaire. Il est basé sur Bordeaux. Il vend des sacs personnalisés à l’international et répond aux besoins d’agence de communication et des imprimeurs. Pour en savoir plus sur Jean-Baptiste CAIVEAU : https://www.linkedin.com/pub/jean-baptiste-caiveau/30/13b/739 Benoit DUCHATELET est dirigeant de l’Agence Double Numérique spécialisée dans l’e-réputation.Il anime une émission hebdomadaire, « Les Hommes Clés » sur Widoobiz, la radio des entrepreneurs. Benoit a également participé à la rédaction de l’article « #W2C14 – Le Webdeux Connect vu par la blogosphère » Pour en savoir plus sur Benoit DUCHATELET : https://www.linkedin.com/in/benoitduchatelet J’ai rencontré également lors du Webdeux connect :
  • Carole JOUY éditrice spécialisé dans les ebook vidéo pour les enfants,
  • Jean François CHIN dirigeant de Cave à vins chez moi,
  • Gégoire Lemaire de l’agence La Tryade,
  • Quentin Fournela fondateur de Silex,
  • Yannick Alain directeur de Commercialequitable.com,
  • Hanne Vervaeck webentrepreneure Have-it.fr,
[cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
Interview retour d'expérience entrepreneur

Memotrips carnet de voyage connecté

Les prochaines vacances de la Toussaint et de Noël approchent à grands pas. Il va être temps de s’organiser et préparer vos vacances. Aujourd’hui, j’ai le plaisir de vous présenter Aurélien fondateur de Memotrips une startup qui s’est spécialisée dans les carnets de voyage.

Dans cette nouvelle interview, nous allons voyager et découvrir la naissance de Memotrips. Je suis certain que vous allez adopter son concept et l’emporter avec vous lors de vos prochaines vacances.

aurelien memotripsPouvez-vous vous présenter auprès des auditeurs ?

Aurélien, 30 ans, passionné de Web et de voyage, enchanté! Issue d’une formation informatique, j’ai passé cinq ans dans différentes sociétés à faire des choses plus ou moins intéressantes. Accros au milieu des startups et des nouvelles technologies, j’ai toujours voulu entreprendre, mais sauter le pas n’est pas évident. Une occasion s’est présentée ce début d’année, j’ai sauté dessus !

Comment est né Memotrips ?

Memotrips est né dans ma tête il y a quasiment 3 ans. J’étais dans la Death Valley aux Etats Unis, dans un village très reculé de tout où il régnait une ambiance d’isolement incroyable. Paradoxalement, j’ai eu envie de partager ce sentiment avec mes proches via quelques photos, une ligne de texte et une localisation. Aucun outil spécialement conçu pour historier ses souvenirs de voyage n’existait. L’idée de proposer un service de carnet de voyage en ligne via un smartphone ou un PC était né.

  [Tweet « @aurelien_caruel j’ai toujours voulu #entreprendre @memotrips est né ! « ] Pourquoi avez-vous lancé ce projet ?

Comme pas mal de gens, des idées de projets me passent (trop souvent?) par la tête. Je dois faire sans cesse le tri, pour écarter les projets où la barrière à l’entrée est trop importante, où le business modèle ne tient pas, où la concurrence est trop rude ou l’innovation absente. Parmi les projets qu’il me reste, Memotrips paraissait le plus viable, le plus attendu par les voyageurs et les curieux.

Qu’est ce qui vous motive dans cette aventure ?

La motivation est née d’un besoin personnel. A l’heure actuelle, ce type de service n’existe toujours pas. Je trouve donc la motivation dans la mise à disposition d’un service unique, pratique, convivial et gratuit permettant de créer des carnets de voyage connectés. L’autre motivation est l’intérêt que le projet suscite autour de moi. Au fil de mes rencontres avec des acteurs du voyage ou d’autres profils, j’ai des échos quasiment toujours positifs.

A qui s’adresse votre projet ?

Mon projet s’adresse en premier lieu aux voyageurs qui souhaitent conserver durablement leurs souvenirs de voyages. Aujourd’hui, le voyageur prend bien souvent des milliers de photos de son voyage qu’il ne visionne et partage jamais car il manque le contexte associé à chaque photo. Pour les voyageurs avec une mémoire de poisson rouge (comme moi!), Memotrips leur permettra également de retrouver en un clin d’œil le nom du temple qu’ils ont visité à Bali il y a deux ans ou l’adresse à conseiller du fameux marché au fruit de Barcelone, grâce à leurs carnets de voyage.

Le projet s’adresse également à tous les proches des voyageurs qui souhaitent les suivre durant leur périple. Avec Memotrips, le voyageur crée son carnet de voyage au fur et à mesure, ce qui permet à ses amis et familles de les suivre et de partager un peu de leur voyage en temps réel. Plus largement, chaque voyageur pourra aller consulter les carnets de voyages publics des autres voyageurs pour s’inspirer et préparez leurs prochains voyages.

carte memotrips

Vous indiquez que les carnets de voyages sont publics ? Quelles seront les conditions de confidentialité prévue pour les utilisateurs ?

Bien vu! Au delà de la notion de carnets de voyage connecté, Memotrips a également pour vocation le partage d’expérience et l’enrichissement culturel de chacun. Cela implique qu’une partie des carnets de voyage doit être publique, mais cela n’est pas obligatoire ! Au moment de la création de son carnet de voyage connecté, le voyageur décide si son carnet sera publique, semi privé ou complètement privé. A l’heure où la confidentialité des données est la clé, cela mérite quelques explications :

  • Un carnet de voyage privé signifie que le voyageur qui a créé le carnet est le seul à pouvoir consulter ce carnet et tout son contenu (localisations, opinions, photos, etc.)
  • Un carnet de voyage semi privé signifie que seuls les amis du voyageur peuvent consulter son carnet de voyage. Sur Memotrips, il y a une notion d’amis dans la même logique que Facebook.
  • Un carnet de voyage public signifie que tout le monde peut consulter le carnet de voyage. Celui ci est référencé dans les moteurs de recherche.

Ce mode de partage est favorisé par Memotrips car il permet d’échanger entre les voyageurs sur les anecdotes, les bonnes adresses et les lieux à éviter : chacun y trouve son compte. Mais même sur un carnet public, le voyageur peut décider de rendre privée telle ou telle photo ou étape.

Comment travaillez-vous au quotidien ?

Les journées sont bien remplies! Je jongle entre le développement de Memotrips et mon activité de consultant informatique qui me permet de vivre. Memotrips est toujours en phase de développement : je passe d’une casquette de développeur à une casquette d’entrepreneur à la recherche d’un associé, à la casquette de commercial pour aller démarcher des acteurs souhaitent annoncer sur Memotrips, à la casquette de lecteurs de blogs voyage pour aller trouver les early adopters.

Travaillez-vous seul ou avez-vous des associés ?

Je suis pour le moment seul mais je suis persuadé qu’il faut être bien entouré pour réussir. Je suis donc à la recherche d’associés pour avancer. D’ailleurs, je profite de cette interview pour passer un appel. Ayant un profil technique, je suis à la recherche un business developper et un community manager pour se lancer de plein pied dans cette belle aventure !

Logo Memotrips

Comment avez-vous défini l’identité visuelle de Memotrips ?

A la question, qu’est ce qui symbolise un souvenir de voyage, les gens vont vous répondre l’indémodable coucher de soleil. C’est donc tout naturellement que le logo représente un coucher de soleil, mais une autre signification d’y cache, saurez vous la découvrir ? Cherchez un peu avant d’aller trouver la réponse sur http://blog.memotrips.com Plus largement, les couleurs choisies pour l’interface du site sont assez classiques dans le milieu du voyage. J’ai voulu un design très épuré car l’accent doit être mis sur le contenu des voyageurs. Comment travaillez-vous l’image de marque de Memotrips ? Pour le moment, il est vrai que la priorité n’est pas l’image de marque car je mets l’accent sur la sortie d’une première version. J’essaye tout de même de faire connaitre le nom Memotrips via le blog, via Facebook et via Twitter. Comment organisez-vous votre communication ? Pas. Et je sais que ce n’est pas bien. Je cherche activement un associé qui pourrait prendre la partie communication en charge. A bon entendeur… timeline-memotrips

Quels réseaux sociaux utilisez-vous ? Pourquoi ?

Memotrips est présent sur Facebook, Twitter et Pinterest. Facebook sert à diffuser les actualités du site et du blog, Twitter est plutôt utilisé pour partager des infos courtes et de l’actualité intéressante, tandis que Pinterest aura pour but d’épingler les plus belles photos des carnets de voyages Memotrips.

Pouvez-vous citer des entrepreneurs qui vous ont inspirés dans la démarche de votre projet ?

De longue date, je suis Marc Simoncini car j’aime sa façon de voir les choses et sa spontanéité sur Twitter. Plus récemment, j’ai découvert Paul Morlet (www.lunettespourtous.com) pour lequel j’ai beaucoup d’admiration dans sa volonté de renverser le secteur des opticiens.

Avez-vous des conseils à donner à ceux qui souhaitent se lancer dans un projet entrepreneurial ?

Le premier conseil se résume en deux lettres : GO ! N’ayez pas peur, allez-y ! J’ai attendu 5 ans avant de me lancer, j’aurais surement dû y aller plus tôt. Le plus tôt est le mieux car plus la vie avance, plus les contraintes financières s’accumulent (loyer, achat, enfant, etc.). Dans ce sens, le statut d’étudiant-entrepreneur est d’ailleurs pour moi une très bonne chose.

Le second conseil est lié à la communication autour du projet. Combien de fois ai-je entendu « ne parle pas de ton projet, tu vas te faire piquer l’idée ». C’est FAUX ! Les personnes que vous rencontrez et à qui vous parlez de votre projet appartiennent à l’une des deux catégories suivantes :

• des entrepreneurs qui ont déjà 50 idées à la seconde et sont bien souvent déjà lancés dans une ou plusieurs aventures • des non-entrepreneurs qui vont pouvoir vous dire ce qu’ils en pensent, mais qui n’auront jamais le reflexe de se dire « à mais oui! je vais faire la même chose! » Vous aurez bien plus à y gagner de parler de votre projet, vous aurez des feedbacks, de nouveaux contacts, de nouvelles idées et vous trouverez même des personnes prêtes à vous aider. Le mot de la fin ? Merci Cédric de m’avoir accordé un peu de ton temps pour mettre un petit coup de projecteur sur Memotrips. Si vous avez la moindre question, contactez moi par Twitter @Memotrips ou en commentaire de ce billet. A bientôt ! aventure entrepreneuriale [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter-entrepreneuriat [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
Interview retour d'expérience entrepreneur

La Région Auvergne vue par l’équipe du pôle digital

Dans le cadre de cette nouvelle interview, j’ai le plaisir de présenter une équipe dynamique qui travaille dans l’ombre des outils de communication mis à disposition des citoyens de la Région Auvergne.

L’équipe du Pôle digital de la Région Auvergne est composée de Christopher Lafon Fregeac : community manager et webdesigner, de Nejla YUCEL Responsable du Pôle de Communication interactive et des Projets de Communication et de Laurent Chamalin : webmaster.

Ils sont acceptés de nous présenter leur travail au quotidien, ainsi que les différentes actions mises en œuvre pour mettre en avant les attentes et les besoins des citoyens de la Région.

  Bonjour. Vous formez l’équipe du pôle digital et communication interactive de la Région Auvergne. Pouvez-vous vous présenter auprès des lecteurs du blog ? Comment et quand s’est constitué ce pôle ? Communiquer, c’est partager, écouter et expliquer à la fois. C’est donc avant tout un travail d’équipe.

Pour la partie digitale, un pôle a été crée en 2011 et il est animé aujourd’hui par une responsable de pôle qui coordonne le travail du webmaster de nos sites, dont le plus important est www.auvergne.fr, et du community manager des médias sociaux sur lequel nous sommes présents (Facebook, Twitter, Viadéo, Dailymotion, Pinterest, etc..).

  [caption id="attachment_10918" align="aligncenter" width="253"]Nejla Yucel Region Auvergne Nejla Yucel Région Auvergne[/caption] Comment travaillez-vous les publications à destination des réseaux sociaux ? Effectuez-vous une veille éditoriale et numérique ? Chaque semaine, la responsable du Pôle digital fait un point avec le directeur de la communication et partage les informations et les impératifs sur l’actualité institutionnelle de la Région afin d’apprécier quel contenu conviendra pour le site, quel autre ira mieux sur les médias sociaux ; et quand on parle de contenu, c’est à la fois des articles, des photos, des vidéos, et même parfois du son car le web est un outil formidable puisqu’il permet de faire tout ce que les médias qui l’ont précédé faisaient indépendamment les uns des autres. En gros c’est le média des médias. Ce cap fixé pour les grands principes, ensuite chaque jour et même plusieurs fois par jour,  le pôle digital actualise et fait vivre nos médias sociaux, y compris le soir et le week-end.  

40% de l’audience de Facebook et Twitter se passent après 19H.

  Comment la région Auvergne est-elle arrivée à se lancer sur les réseaux sociaux ?   Le Président de la Région, René Souchon, a compris très tôt que le numérique était le levier du développement économique et du désenclavement du XXIe siècle. Ainsi, il a entrepris des chantiers colossaux pour, de 2007 à 2009, couvrir la Région Auvergne par Internet Haut débit à 100% et l’Auvergne fut le premier territoire européen dans ce domaine ; de nombreuses autres actions ont été lancées en parallèle pour favoriser les usages du numérique :  
  • e-santé ; télétravail ;
  • formation à distance ;
  • e-éducation ;
  • maintien de services publics en milieu rural grâce à des points « visio-publics » ;
  • etc.
  D’ici la fin de l’année 2013, le chantier du Très Haut Débit sera lancé. Ainsi la présence de l’Auvergne sur les médias sociaux était le prolongement naturel de ces réalisations.   Jadis une collectivité informait les citoyens par son magazine ; aujourd’hui, pour la génération « Y », les « digitals natives », l’information est consultée sur le web. 77% des 18 – 30 ans consultent leurs Smartphones au réveil (Étude Courrier des Cadres Février 2013), et un des premiers usages du web mobile, ce sont les réseaux sociaux.  

Notre choix est donc simple. Nous devons être là où sont les citoyens.

 

Une institution comme la région Auvergne doit-elle s’investir sur les réseaux sociaux comme une entreprise ? Où l’approche avec votre communauté est différente ?

Si l’outil est le même, l’approche est résolument différente. Une entreprise cherche, par-delà sa communication, un acte d’achat. Elle analysera en fonction de cela si tel support est plus efficace qu’un autre.

Pour une collectivité, pour la communication publique en général, notre mission est d’informer les citoyens sur les actions qui sont réalisées par ses représentants. C’est un principe constitutionnel de droit à l’information.

Nous sommes donc au service des « fans » de la Région sur Facebook ou de ses « followers » sur Twitter en relayant des actus comme le guide des aides en ligne, les offres d’emplois, l’agenda des évènements qui se déroulent sur le territoire, etc.

  [caption id="attachment_10920" align="aligncenter" width="225"]Laurent Chamalin Region Auvergne Laurent Chamalin Région Auvergne[/caption]    

Evidemment, pour qu’une communauté vive, la communication descendante ne suffit pas et via les médias sociaux, parce que nous avons ouvert nos outils aux commentaires libres, nous sommes aussi à l’écoute des attentes des citoyens. Ils peuvent poser des questions, suggérer, critiquer.

Peut-on parler de concurrence entre les régions sur les médias sociaux ? Ou même sur internet ? Non. On ne se sent pas en concurrence avec nos homologues des autres régions. Chacune et chacun essayons au mieux d’informer les citoyens.

Par contre nous avons un adversaire commun, à tous les communicants publics ou privés, c’est l’indifférence à nos messages. Aujourd’hui un individu reçoit plusieurs milliers de messages à caractère publicitaire ou informatif par jour. C’est le drame de l’infobésité.

 

Comment dès lors faire en sorte que le message que tu souhaites lui faire passer l’institution l’atteigne et le touche ?

 

Voilà la vraie question et voilà pourquoi par exemple, pour toucher les jeunes, pour mettre en avant les atouts de l’Auvergne auprès des non-auvergnats, pour toucher une cible plus professionnelle, ou encore pour atteindre les e-seniors, nous utilisons toute la palette des médias sociaux : Facebook, l’incontournable ; Twitter, le réseau qui monte ; ou encore Pinterest, Dailymotion avec près de 300 vidéos ; viadéo, pour les professionnels, récemment Soundcloud, etc.

    [caption id="attachment_10922" align="aligncenter" width="231"]christopher lafon fregeac region auvergne Christopher Lafon-Fregeac Région Auvergne[/caption] En janvier 2013, la région Auvergne est arrivée en 2e position du top des régions sur les réseaux sociaux. Comment la communauté a-t-elle réagi en apprenant la nouvelle ? Qu’elle ait votre objectif pour obtenir la première place ? En fait nous sommes médaille d’argent des Régions sur Facebook et Twitter sans interruption depuis mars 2012.  

Pour nos plus de 22.000 fans et nos 7200 followers, qu’ils soient auvergnats ou amoureux de l’Auvergne, c’est une grande fierté et ils nous le font savoir, ils sont fiers de cette image car elle déconstruit les clichés qui peuvent avoir la vie dure sur l’Auvergne. Ce classement atteste en fait d’une vie numérique dense dans un territoire innovant.

 

L’Auvergne est, de ce point de vue, territoire pionnier d’un nouveau monde digital.

Pour finir cette interview, quels sont les objectifs 2013 sur les réseaux sociaux pour la région Auvergne ?   Rendre service, toujours plus, aux citoyens. Après, dans le détail nous allons continuer d’explorer toutes les potentialités qui s’ouvrent via l’usage toujours plus croissant de ces nouveaux médias : Nous évoquions Soundcloud pour des podcasts radio, ou encore Pinterest pour valoriser le territoire par l’image, enfin récemment Vine qui améliore encore plus l’usage de Twitter.   application mobile région Auvergne  Si vous avez un message à faire passer auprès des lecteurs du blog ?

Juste un conseil de lecture pour appréhender la révolution numérique Il s’agit de « Petite poucette», de Michel Serres. Ce petit livre éclaire et dresse des perspectives très intéressantes pour mieux comprendre quelle est la nature du changement que le web a introduit dans les sociétés ; à commencer par l’évolution de la communication. Merci à vous !

  [cocorico_separateur style= »continu »]

Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

]]>

Catégories
Interview retour d'expérience entrepreneur

Interview Alexandre bortolotti chef cuisto chez wpmarmite.com

Dans le cadre de cette interview, vous allez découvrir le parcours d’un jeune entrepreneur blogueur ouvert sur le partage, l’apprentissage et la générosité.

Très présent sur la blogosphère Alexandre bortolotti a fondé wpmarmite.com en février 2011 et participe régulièrement à des web-conférences avec d’autres entrepreneurs passionnés.

Alexandre bortolotti interview d’un jeune entrepreneur et blogueur

Interview jeune entrepreneurBonjour Alexandre, peux-tu te présenter ?

Bonjour Cédric et merci de m’avoir proposé cette interview. Je suis un jeune entrepreneur de 24 ans dont la mission est d’aider un maximum de personnes à créer leur site internet avec WordPress.

J’ai créé un blog qui présente des thèmes WordPress et donne des conseils sur la création de site. Qu’elle est ta formation et ton parcours professionnel ?

J’ai un DUT informatique et une licence dans le multimédia (l’intitulé exact est Ingénierie de l’Internet et du Multimédia Indépendant) que j’ai obtenu à l’IUT de Troyes.

J’ai voulu poursuivre avec un master orienté informatique mais j’ai décidé de ne pas aller au bout pour devenir entrepreneur. Auto-entrepreneur dans un premier temps puis j’ai créé une SARL pour encadrer mes activités. Sinon j’ai effectué quelques stages et jobs d’été mais je n’ai jamais été salarié d’une entreprise. Comment est né ton blog wpmarmite.com ?

En fait l’idée m’est venue pendant le stage que j’ai effectué pendant ma licence. Je devais mettre en place 4 sites internet en 3 mois.

J’utilisais WordPress pour 2 blogs à l’époque et il m’a semblé que je pourrais arriver à remplir cet objectif grâce à lui.

J’ai du me lancer dans de fastidieuses recherches de thèmes.

logo_wp_marmite

 

C’est à ce moment que je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas vraiment de site francophone qui présentait des thèmes WordPress. Beaucoup parlaient de plugins, d’astuces où présentaient des tutoriels mais pas grande chose au sujet des thèmes.

Cette idée a mûri pendant quelques temps et j’ai voulu tenter l’aventure en parallèle de mon master. Le blog est né en février 2011. Je n’avais pas d’expérience dans le blogging à l’époque (mes 2 autres blogs n’étaient pas vraiment populaires), donc j’ai commencé à glaner des infos ici et là et tester des choses pour voir ce qui fonctionnait.

Ce projet a pris de plus en plus d’ampleur et à un certain moment, j’ai du choisir entre le master et le blog. Clairement, le blog était beaucoup plus passionnant. Je me suis donné un an pour arriver à en vivre.

Ce que je suis arrivé à faire grâce à l’affiliation sur les thèmes premium et aux prestations de services relatives à WordPress.

Aujourd’hui wpmarmite.com accueille plus de 20 000 visiteurs uniques par mois. Peux-tu nous citer 3 sujets sur ton blog qui ont été les plus populaires en 2012 ?

Sur les 10 pages les plus visités ces 30 derniers jours, 8 concernent les thèmes WordPress gratuits. Les tutoriels sur l’installation de WordPress et la traduction d’un thème sont assez plébiscités également.

Comment est née cette passion pour WordPress ? wordpress

J’ai tout bêtement découvert WordPress pendant mes études. Comme je l’ai dit un peu plus haut, j’avais créé 2 blogs. Ils n’avaient pas de but précis, c’était plus un moyen de me faire la main et de découvrir de nouvelles choses.

Au fur et à mesure, j’ai découvert le potentiel de WordPress et je ne m’en suis plus vraiment éloigné.

J’ai vu sur ton blog, que tu proposé un guide pour « trouvez le thème idéal pour votre projet » peux-tu nous en dire d’avantage a propos de ce guide ?

Ce guide a vu le jour car c’est la question que l’on me pose le plus. Au début, je donnais des conseils par email sauf qu’à un certain moment je ne pouvais plus suivre.

J’ai essayé de mettre un maximum d’informations pour donner les clés de la recherche d’un thème WordPress. Aujourd’hui le guide a aidé plus de 3000 personnes et les retours sont positifs.

Il est possible de le télécharger gratuitement en échange d’une inscription à la newsletter du blog.

 

Interview d’un jeune entrepreneur de 24 ans

 

Parce qu’il y a une autre voie tu as décidé de créer un autre blog alexandreb.net, un blog plus orienté entreprenariat. Comment as-tu eu l’idée de créer ce blog ?

Pendant mes études, j’ai découvert qu’il existait autre chose que la voie du salariat. Cela m’a fait réfléchir sur mon avenir et je suis arrivé à la conclusion que je ne pourrais pas travailler pour quelqu’un d’autre.

 J’ai créé ce blog pour partager mon enthousiasme et motiver ceux qui hésitent à se lancer. Avec ce blog, je veux montrer que devenir indépendant est possible si l’on s’en donne les moyens.

L’idée c’est de produire un déclic dans l’esprit des lecteurs afin qu’ils se disent : « pourquoi pas moi ? ». Après ce n’est pas pour tout le monde, j’en suis conscient et je le respecte.

Je t’ai connu, grâce à tes interventions sur des web-conférence avec Jérôme du blog pourquoi-entreprendre. Pour ceux qui ne connaissent pas les web-conférences, peux-tu nous présenter le concept ? Le but des web-conférences de Jérôme est de donner des conseils aux entrepreneurs et de diffuser l’état d’esprit entrepreneurial. J’ai tout de suite adhéré au concept. web conference De nombreux thèmes ont été abordés comme « comment créer sa boite en partant de zéro » ou « comment entreprendre à domicile » . Jérôme compte continuer sur sa lancée et faire de nouvelles web-conférences. En tout cas, c’était un plaisir de participer. Peux-tu nous citer tes 3 blogueurs influents que tu suis et pourquoi ?

Même si je suis pas mal de blogs francophones, mes blogueurs favoris sont étrangers. Si je ne devais qu’en retenir 3, ça serait Corbett BarrPat Flynn et Chris Guillebeau.

J’adore leur authenticité, je crois que c’est une qualité essentielle pour réussir sur le long terme en tant que blogueur. Selon toi, peux-tu nous donner 3 raisons à devenir entrepreneur ? Et 3 erreurs à éviter ?

Je ne pense pas qu’il y ait 3 raisons qui pousseraient quelqu’un à devenir entrepreneur. Les raisons peuvent varier d’une personne à une autre. Voici les miennes, elles n’engagent donc que moi :

  • Etre libre
  • Faire des choses qui apportent quelque chose
  • Ne pas travailler pour quelqu’un d’autre
Pour les 3 erreurs, je dirais qu’il ne faut surtout pas :
  • Etre arrogant
  • Penser qu’à soi
  • Penser qu’à l’argent

Pour conclure cette interview, peux-tu nous dévoiler tes résolutions et objectifs pour cette nouvelle année qui commence ?

J’ai repoussé pas mal de projets en 2012 et je suis déterminé à les mettre en œuvre pour 2013. Mon projet phare est la mise en place d’un cours pour aider les lecteurs de WP Themes Pro à modifier le code (HTML/CSS) de leur thème.

Pour en savoir plus vous pouvez consulter mon blog personnel sur lequel j’aborde mes objectifs plus en détails.

Merci Cédric pour cette interview.

Suivez Alexandre bortolotti sur les réseaux sociaux : [cocorico_separateur style= »continu »] newsletter970 [cocorico_separateur style= »continu »] Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant sur les boutons ci-dessous. ]]>