Pour une idée de création d’entreprise, le business plan est inutile !

Conseil en design gratuit Cédric Debacq

On demande aux entrepreneurs de rédiger des business plans pour tout : vous devez lever des fonds ? Vous avez besoin d’un prêt bancaire ? Vous voulez gagner un concours ? On vous demandera de rédiger un business plan.

Même pour intégrer un incubateur (pourtant censé vous aider à écrire votre business plan) on vous demande un business plan. Mais est-ce toujours pertinent ? Pourquoi cet outil, tant décrié et détesté par les entrepreneurs est utilisé comme un outil de sélection ? Est-il normal de l’imposer aux entrepreneurs ?

Rédiger un business plan quand on a juste une idée est absurde

La rédaction d’un business plan prend du temps. Et le temps, c’est de l’argent ! Lorsque vous avez une simple idée de création de boites, faire un business plan ne vous amènera pas à lever vos doutes, mais les renforcera.

 

Combien de personnes vous ont déjà dit « je vais rédiger un business plan » et ne se sont jamais lancées.

 

Inversement, beaucoup d’entrepreneurs se sont lancés sans business plan. Facebook n’a pas eu besoin de business plan pour se créer. Une vision et beaucoup d’action.

business plan, idée création entreprise

 

Un business plan exige de vous d’analyser un marché. Mais, lorsque l’on est sur une idée de création, le marché, on ne le connait pas vraiment. Dès lors, votre étude de marché se transforme finalement en une thèse obscure faite de supputations.

Supposons que vous souhaitiez ouvrir un magasin de vêtement. Si vous rédigez un business plan, vous allez aller sur le site de l’INSEE, vous enverrez des questionnaires à des amis ou des personnes au hasard et la formulation de votre questionnaire fera qu’en majorité, les personnes vous diront « oui, j’aimerais acheter vos vêtements pour tel prix ».  Vous aurez passé 10 jours à recueillir cette information parfaitement inutile, car répondre à un questionnaire n’est pas engageant pour vos prospects.

Il vaut mieux, selon moi, commencer à confectionner quelques vêtements, aller dans la zone de chalandise que vous visez et vendre vos vêtements directement dans la rue. Vous verrez, cela sera plus difficile qu’administrer un questionnaire. Mais vous aurez alors une véritable estimation de l’appétence des passants pour vos collections, vous serez en mesure de voir le nombre de personnes dans votre zone de chalandise et surtout vous aurez déjà été capable de générer un petit chiffre d’affaires à moindres frais. En d’autres termes, privilégiez l’action à la réflexion.

Le business plan un outil parfaitement inutile ? NON

 

Pour autant, le business plan reste la norme pour lever des fonds ou convaincre un banquier. Le business plan est inutile pour une simple idée. Avec une simple idée, il vaut mieux rédiger un court document de 4 pages maximum pour pouvoir mettre ses idées au clair puis allez voir ses clients potentiels, monter un pilote à moindre coût et tester sur le terrain.

Certains diront : « j’ai besoin de lever des fonds pour me lancer ». Sachez que 90% des entreprises se lancent avec moins de 10 000 €. Donc cet argument est peu recevable. De plus, pour tout projet d’entreprise, vous pouvez lancer un pilote, une petite action test. Certains projets nécessitent parfois de la R&D. Dans ce cas, vous devrez probablement comment par un business plan. Mais n’oubliez pas, dans la majorité des cas, le business plan vient après l’action et non l’inverse.

En effet, ce n’est que dans un second temps que le business plan est utile. Après avoir testé, après avoir fait des erreurs, après avoir « pris des claques », le business plan vient pour mettre de l’ordre, structurer votre pensée et servir d’outil de communication auprès des acteurs financiers. Il ne faut pas inverser cet ordre. Trop d’incubateurs demandent à leurs incubés de rédiger un business plan alors que l’entrepreneur n’a pas encore rencontré de clients. Le business plan ne doit pas rester un outil théorique, mais doit devenir un outil pratique et pragmatique. Vous devez organiser et structurer du CONCRET et non des idées.

 

Le business plan doit pousser à l’action et non inciter à rester dans la réflexion.

 

Ce qui fait la différence entre un entrepreneur et un vrai entrepreneur : l’ACTION et la rapidité d’exécution.  Les business plans, en particulier dans les écoles, ont tendance à transformer l’entrepreneuriat en un exercice d’analyse. Le business plan doit être la structuration d’actions et non d’idées. Il doit être l’outil de communication des erreurs et des ajustements de l’entrepreneur, le fruit de son expérience et de sa compréhension du marché et non une jolie dissertation philosophique.
business plan actionC’est pourquoi voici trois conseils à suivre lors de la rédaction de votre business plan :

  • Vérifier si les chiffres que vous proposez proviennent d’étude de marché, de questionnaire ou de votre expérience, de résultats concrets de vente. Si vous n’êtes pas dans le dernier cas, alors vous faites fausse route.
  • Chaque jour, vous devez réaliser 1 défi terrain compliqué : par défi terrain, je veux dire « appeler et obtenir au moins un rendez-vous avec un client », « décrocher un rendez-vous chez un fournisseur », parler 30 minutes à un expert reconnu, convaincre un expert de monter au board ». Bref, réaliser des actions concrètes qui feront avancer votre entreprise même pendant la rédaction du business plan et qui alimenteront votre business plan.
  • Profitez de la rédaction de votre business plan et de cette étape pour vous entourer un maximum et élargir votre réseau. Cela vous servira toujours.

 

Crédit photo : Fotolia

Pour aller plus loin :

Voici une sélection de livre sur le business plan pour vous aider dans le développement de votre projet de création d’entreprise.


newsletter-entrepreneuriat


Pour plus de créativité et de conseil, merci de partager cet article auprès de vos amis et de vos contacts sur les réseaux sociaux en cliquant, sur les boutons ci-dessous.

Gaëtan Baudry

« Après avoir coaché des entrepreneurs sociaux pendant 3 ans aux fondations Edmond de Rothschild et travaillé un an en finance, Gaëtan Baudry a fondé Legal’Easy, une start up dont l’objectif est de simplifier les démarches administratives et légales des entrepreneurs. Il a notamment lancé récemment my-business-plan.

Conseil en design gratuit Cédric Debacq